Les Sentinelles, l’expo inspirante de l’Institut du monde arabe de Tourcoing

Dans Culturons-nous, Lille

Hassen Ferhani, 143 rue du désert, oeuvre en trois dimensions. Exposition Les Sentinelles, IMA-Tourcoing.

Scroll par là

L’Institut du Monde Arabe de Tourcoing organise depuis le 17 septembre Les Sentinelles, une exposition empreinte de réalité, qui aborde les questions de société, de l’identité, des origines. On vous en dévoile (un petit peu) plus grâce à Sarah Bourkaïb, médiatrice culturelle à l’IMA, qui a gentiment accepté de présenter la trentaine d’œuvres exposées.

Installé depuis novembre 2016 dans l’ancienne école de natation de Tourcoing, l’IMA nous plonge en cette rentrée dans l’univers culturel des pays du monde arabe à travers sa nouvelle expos Les Sentinelles. Elle se se divise en cinq foyers :

  • En quête de boussole
  • Quotidiens urbains
  • Tout contre l’Histoire
  • Survies
  • Transit

Principalement centrée sur les pays du Maghreb, du Proche et du Moyen-Orient, l’exposition aborde “la question de l’identité“. À travers des photographies et des vidéos, les œuvres des 21 artistes exposé.es ont vocation à “montrer le rapport entre le quotidien l’Histoire actuelle – et la grande Histoire” selon Sarah, qui nous rappelle que “l’Histoire locale [tourquennoise] se mêle à celle du patrimoine méditerranéen“.

Le témoignage de ces sentinelles débute avec 143 rue du désert, une oeuvre centrée sur Malika, septuagénaire algérienne. Sans dévoiler toute son histoire (on vous laisse tout le plaisir de la découvrir), ce travail d’Hassen Ferhani, nous entraîne dès l’entrée des lieux dans un véritable “voyage initiatique“. Pour Sarah, “c’est sans doute l’œuvre la plus forte sur le plan scénographique” puisqu’elle exploite simultanément la vidéo et la photographie, médias utilisés par ailleurs pour le reste des œuvres.

Hassen Ferhani, 143 rue du désert. Exposition Les Sentinelles, IMA-Tourcoing.

Des photos et de la vidéo

L’exposition, qui se visite dans le sens que l’on souhaite, a d’ailleurs souhaité mettre en scène les vidéos des artistes de manière cyclique. De vidéo, il en est justement question dans l’œuvre assez déroutante Le Park, de Randa Maroufi, où des jeunes de Casablanca prennent la pose, immobiles, “en attente d’émancipation, de révolte“.

Trois oeuvres de Raed Bawayah. De gauche à droite, Jeune garçon écartant un rideau de sacs recylés / Filette bras entremêlés / Garçon devant un mur sur lequel est dessiné un coeur. Exposition Les Sentinelles, IMA-Tourcoing

La photographie aussi controversée qu’emblématique d’Hocine Zaourar, La Madone de Bentalha, avec les œuvres des foyers Survies et Transit, abordent elles la dure réalité qui frappe le monde arabe ces dernières décennies : révolutions, guerres, crises migratoires…  L’occasion de se forger une réflexion sur des questions toujours d’actualité sous le prisme de la culture.

Pour aller vous-même la découvrir, c’est 3€ en plein tarif, 2€ en tarif réduit (- de 26 ans, étudiant.es…), avec la possibilité également de découvrir la collection sous forme de visite guidée, pour respectivement 5€ et 3€.

L’exposition Les Sentinelles c’est à l’Institut du Monde Arabe de Tourcoing, 9 rue Gabriel Péri, du mardi au dimanche de 13 heures à 18 heures, jusqu’au 12 février 2023. Vous pouvez retrouver toutes les informations utiles à votre visite sur le site de l’IMA-Tourcoing, sa page Facebook ou encore son compte Instagram.