On en avait parlé début mai, lorsque sa campagne de financement débutait à peine : le Lillois Florian Rousies a pour projet (de plus en plus concret) d’ouvrir un véritable restaurant tokyoïte à Lille. Attention, pas un resto de sushis comme on en a déjà plein. Un vrai de vrai, avec des fruits et des légumes de là-bas, des plats qu’on ne connait que trop peu et tout plein de spécialités tokyoïtes.

Sa cagnotte Ulule a atteint en début de semaine son objectif de 8000 euros, et il reste encore quelques heures aux internautes pour faire un don. A l’heure où on écrit cette petite bafouille, la cagnotte affiche 8645 euros. Autant dire que Florian est content.

Il faut dire que Florian sait plutôt très bien communiquer sa passion du Japon et de sa gastronomie plus que raffinée. Sur les réseaux sociaux, il a tout fait pour faire connaître ses découvertes et ses recettes à ses followers, et ça donnait l’eau à la bouche. “L’idée d’Aoyama, c’est de faire une cuisine différente qui se renouvelle tous les mois. Mais il y aura aussi un aspect culturel, où je pourrai parler du Japon et conseiller ceux qui cherchent à voyager là-bas.

Faire connaitre la culture nippone et ses richesses trop peu connues de nous autres occidentaux, c’est un peu son credo. Il a même organisé une dégustation de spécialités tokyoïtes et une distribution de cookies au matcha dans les rues de Lille. Une belle manière de faire connaître le projet et de convaincre les Lillois d’investir dedans.

Et il ne s’est pas arrêté là : rappelons que le premier prix pour la participation au financement de ce futur restaurant est un aller-retour à Tokyo, rien que ça. Il déconne pas avec ces choses là. Et n’oublie pas les autres donateurs : des lots variés seront distribués, allant du tote-bag au menu offert en passant par du thé ou de l’alcool japonais. “Cette cagnotte, c’est un apport supplémentaire, explique le Lillois. J’ai un apport personnel et je suis en train de voir pour un prêt avec les banques.” un investisseur potentiel serait sur les rails également. Objectif de ces prochaines semaines : “J’ai des rendez-vous avec des conseillers pour parler de ce partenariat. Puis il faudra négocier le local, voir avec les banques…” Et hop ! Le projet sera vraiment lancé. “J’espère que je serai fixé d’ici fin juillet.” On vous tient au courant, promis.

Si vous voulez participer, c’est donc ici que ça se passe. Sinon, Aoyama a un Facebook et un Instagram (ça, c’est pour baver devant les photos de petits plats qu’il poste).

  •  
  •  
  •