Gros débat en Belgique, et le Nord est concerné. Un symbole national serait mis en péril par une discussion au niveau de l’Union Européenne : la double cuisson des frites serait nocive pour la santé, et les parlementaires européens pourraient l’interdire. Allez, c’est ce que disent certains. Tempérons tout ça. 

C’est France3 NPDC qui a vu l’info dans un canard belge flamand et le relaie en français. L’info est tout à fait sérieuse et s’appuie sur des études scientifiques. Parce que oui, des scientifiques se sont penchés sur la double cuisson des frites, seule et unique manière de faire en Belgique et de part chez nous. Et il s’avère que cette recette (un bain à température moyenne puis un bain à haute température) créerait au passage une substance qui pourrait bien être cancérigène, l’acrylamide. C’est cette petite chose que l’Union Européenne a dans son viseur. Mais par association, la double cuisson des frites aussi.

Belgique = frites

Et là, c’est le drame en Belgique. Une lutte se fait entre les conservateurs de cette tradition culinaire qui a rendu le pays célèbre, et les progressistes qui trouvent qu’il faudrait peut-être arrêter de se cacher derrière les coutumes pour conserver des pratiques nocives pour la santé. Le ministre flamand de la mobilité et du tourisme Ben Weyts a même envoyé un courrier au Commissaire européen chargé de la sécurité alimentaire, lui disant qu’il craignait que “les frites perdent leur saveur“.

Bon, rappelons que Ben Weyts est un eurosceptique convaincu. Ses détracteurs accusent l’homme de faire monter la sauce (mayonnaise? Nul, tu sors) pour décrédibiliser l’Union Européenne. On au saura plus s’il est avéré que la double cuisson des frites crée vraiment de l’acrylamide. Les scientifiques ont la pression.

  •  
  •  
  •