On ne les avait pas revus sur le Tour depuis 2015. Les pavés du Nord sont de retour ce dimanche 15 juillet pour le plus grand bonheur (ou pas) des cyclistes. Entre chutes et crevaisons, l’épreuve des pavés est la plus imprévisible de toute la course. 

21,7 kilomètres. C’est la distance que vont parcourir les cyclistes les plus courageux du Tour de France sur les redoutables pavés situés entre la citadelle d’Arras (Pas-de-Calais) et Roubaix (Nord), lors de la neuvième épreuve longue de 157 kilomètres. Un record qui n’avait pas été atteint depuis 25 ans.

La légende raconte même que Dante se serait inspiré des pavés du Nord pour écrire Enfer de la Divine Comédie. Dans le Vieux-Lille, on s’énerve déjà de ne pas pouvoir porter des talons sans se tordre la cheville à chaque pas, alors imaginez sur 22 kilomètres en vélo (hors VTT) sur les pavés du « mini Paris-Roubaix ». Répartis cette année sur quinze secteurs, les pavés du Nord alias l’Enfer du Nord alias l’enfer sur Terre, vont à nouveau faire rager bon nombre de cyclistes du Tour de France.

Depuis leur réintroduction à la compétition en 2004, plusieurs favoris n’ont pas réussi à dépasser le parcours : Iban Mayo a abandonné après une chute en cette même année. Pareil pour Frank Scheleck en 2010, qui en prime, s’est cassé la clavicule. En 2014, c’est Chris Froome qui est obligé de sortir de la course avant même de poser la roue sur le premier pavé.

Parmi les secteurs du département du Nord, on retrouve Cysoing-Bourghelles avec ses 1300 mètres de pavés classés trois étoiles en terme de difficulté, Bourghelles-Wannehain, Camphin-en-Pévèle avec des pavés quatre étoiles sur 1800 mètres et Willems-Hem avec ses pavés trois étoiles sur 1400 mètres.

Pour votre programme chargé de dimanche, on vous file un petit tuyau : soyez précis sur les pauses pipi. Car entre le Tour de France et la finale de la Coupe du Monde de foot, vous n’aurez que quelques minutes pour courir aux toilettes afin de ne pas rater le coup d’envoi.