Avec Ripaille, la nouvelle cantine «multivore», le mois d’août s’annonce délicieux

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Ripaille, c’est un fes­tin en lan­gage fami­lier. Mais bien­tôt, cela sera aus­si un res­tau­rant. Celui de Willy Seney et San­drine Lelièvre qui sou­haitent, depuis un an, ouvrir leur propre éta­blis­se­ment.
Le concept sera simple mais sym­pa­thique : des pro­duits locaux, frais et de sai­son cui­si­nés sur place. D’un point de vue qua­li­ta­tif, les deux créa­teurs entendent bien pri­vi­lé­gier les cir­cuits courts c’est à dire un seul inter­mé­diaire entre le pro­duc­teur et le consom­ma­teur, un avan­tage d’un point de vue tra­ça­bi­li­té et mise en valeur des pro­duc­tions régio­nales.

Des plats végétariens

La carte devrait être renou­ve­lée régu­liè­re­ment sui­vant les sai­sons et appro­vi­sion­ne­ments mais sera sur­tout « mul­ti­vore ». Les deux res­tau­ra­teurs comptent bien s’a­dap­ter aux dif­fé­rents modes de consom­ma­tion et remettre au goût du jour cer­tains pro­duits.  Au menu donc , viande, pois­son mais éga­le­ment plats végé­ta­riens et sans glu­ten pour per­mettre à cha­cun d’ y trou­ver son compte. À tout cela, on n’ou­blie pas d’a­jou­ter une bonne sélec­tion de vins et de bières (locales en plus).

Le but est pour San­drine et Willy, de deve­nir une can­tine de quar­tier cha­leu­reuse qui ser­vi­ra de lieu de ren­contre. Et pour ajou­ter une petite touche d’o­ri­gi­na­li­té, des livres et maga­zines seront mis à dis­po­si­tion, pour vous per­mettre de trou­ver l’ins­pi­ra­tion en cui­sine.

Ouverture en août

Le res­tau­rant devrait s’ins­tal­ler dans le Vieux Lille à proxi­mi­té de la Grand-Place et ouvrir en août, un peu avant la bra­de­rie. Ripaille est donc un lieu qui nous pro­met convi­via­li­té, une ambiance cha­leu­reuse et un menu de ouf que Vozer n’hé­si­te­ra pas à tes­ter (Oh, non. On ne va pas hési­ter. On va même y aller les yeux fer­més en mar­chant sur les mains).
Si comme nous vous aimez le concept, vous pou­vez par­ti­ci­per au finan­ce­ment du pro­jet via la pla­te­forme Ulule. Ce 28 juillet, Willy et San­drine ont déjà réus­si à réunir 99 % de leur objec­tif, soit 2 981 euros sur les 3 000 espé­rés.