L’expo d’automne de Saint-Sauveur vous plonge joliment dans l’univers du jeu

Dans Culturons-nous
Scroll par là

Ça fait tou­jours plai­sir, une nou­velle expo à la gare Saint-Sau­veur. C’est tou­jours l’oc­ca­sion d’al­ler y flâ­ner un après-midi, plu­vieux ou non. Pour cet automne, Lille3000 a concoc­té une expo autour du jeu, en col­la­bo­ra­tion avec le Centre Pom­pi­dou. Visite gui­dée. 


On vous explique. Cette année, le Centre Pom­pi­dou célèbre ses 40 ans d’exis­tence. Pour fêter ça, se sen­tant géné­reux, le centre a déci­dé de s’ex­por­ter à droite à gauche en France. Il faut dire qu’il peut par­ta­ger quelques unes de ses 140 000 œuvres sans se sen­tir tout nu. A Lille, il prête deux expos : l’une à Saint-Sau­veur, qu’on peut déjà visi­ter, et une qui sera visible au Tri Pos­tal dès le 6 octobre. Les œuvres de la ving­taines d’ar­tistes expo­sés à Saint-So sont donc toutes issues du Centre Pom­pi­dou. Et sont essen­tiel­le­ment vidéo­gra­phiques.

Des jeux d’en­fant, des jeux d’a­dultes, des pauses récréa­tives… Les œuvres abordent toutes à leur manière ce rap­port que le jeu et le ludique entre­tiennent avec le temps, ce que les hommes du monde entier font de leur temps libre. Quels rituels reviennent chaque jour, quels moments res­tent uniques.

Il est par­fois dif­fi­cile de ren­trer dans une oeuvre vidéo. Heu­reu­se­ment pour vous, à Saint-Sau­veur, depuis long­temps, il existe des média­teurs, qui se pro­mènent dans l’ex­po­si­tion et qui sont là pour vous expli­quer telle ou telle ins­tal­la­tion. Il ne fau­dra pas hési­ter lorsque vous ne com­pren­drez pas le pro­pos de l’ar­tiste.

Et puis il y a cette oeuvre un peu hal­lu­ci­nante, qui s’é­tend sur tout le pla­teau de l’ex­po­si­tion. La gare Saint-Sau­veur est une grande habi­tuée des œuvres déme­su­rées, mais là il faut avouer que celle là fait son petit effet. Appe­lée La Bru­ja (la sor­cière), la créa­tion du bré­si­lien Cil­do Mei­reles est tout à fait canon. Dès l’en­trée, on la remarque.

De longs fils de coton noir qui viennent du pla­fond pour for­mer une toile d’a­rai­gnée géante. Puis le visi­teur, lors­qu’il s’en­fonce dans l’ex­po, réa­lise que l’es­pèce de tapis noir sur lequel il marche, que ce qui pend des colonnes de ciment du bâti­ment, est en fait un gigan­tesque nœud de ces mêmes fils noirs. Plus il remonte l’ex­po, plus il y en a. Jus­qu’à arri­ver, tout au bout, dans une pièce à part, à l’o­ri­gine de ces amas de coton : un balai, posé dans un coin. Aus­si simple est effi­cace que ça. Et vrai­ment à voir.

L’ex­po­si­tion Jeux, rituels et récréa­tions se tient à la Gare Saint-Sau­veur jus­qu’au 5 novembre. Comme tout à Saint-Sau­veur (sauf la bière), elle est gra­tuite, et ouverte du mer­cre­di au dimanche de midi à 19 heures. Le site inter­net qui va bien : Gare Saint-Sau­veur.