Sciences Po Lille annule sa conférence avec Jean Lassalle

Dans Lille, Politique
Scroll par là

Après avoir fait salle comble à l’Ed­hec en sep­tem­bre, Jean Las­salle devait revenir le 22 novem­bre pour une con­férence organ­isée par Sci­ences Po Lille. Mais cité dans des affaires d’har­cèle­ment, le député paysan ne vien­dra finale­ment pas. 

Dès le début, ça fai­sait débat. L’as­so­ci­a­tion étu­di­ante et LGBTQI Bon Chic Bon Genre avait car­ré­ment lancé une péti­tion pour que la con­férence soit annulée. Elle a eu gain de cause, soutenue indi­recte­ment par la direc­tion de Sci­ences Po Lille qui avait, selon Le Figaro, “forte­ment décon­seil­lé” à l’Arène de l’IEP, l’as­so­ci­a­tion organ­isatrice, de main­tenir cette con­férence alors que le député est embour­bé, depuis fin octo­bre, dans plusieurs affaires d’har­cèle­ment sex­uel.

Nous con­sid­érons qu’in­viter un agresseur sex­uel pour ‘débat­tre et dis­cuter’ du har­cèle­ment sex­uel est non seule­ment irre­spectueux vis-à-vis des vic­times et sur­vivant-e‑s d’a­gres­sions, à Sci­ences Po comme ailleurs, mais aus­si illu­soire dans la mesure où nos ques­tions pour­raient être et seront éludées. Afin d’abor­der la ques­tion du har­cèle­ment, pourquoi ne pas inviter des femmes poli­tiques ? Le débat serait bien plus instruc­tif que celui que nous pour­rions espér­er obtenir avec Jean Las­salle”, a écrit l’as­so BCBG pour jus­ti­fi­er sa demande.

Pour mémoire, Jean Las­salle a été accusé par plusieurs femmes d’avoir atteint à leur intégrité physique : main aux fess­es, ten­ta­tive for­cée de bais­er, propo­si­tions indé­centes… Trop pour l’as­so­ci­a­tion BCBG. Si bien que les organ­isa­teurs ont préféré annuler la con­férence. “Nous avons décidé d’an­nuler la con­férence. Cela prend trop d’am­pleur et je suis seul respon­s­able de ce que cette con­férence se passe le mieux pos­si­ble. Notre souhait était que celle-ci se tienne, mais sous les pres­sions con­jointes d’as­so­ci­a­tions comme BCBG, ou de la direc­tion, nous sommes con­traints d’an­nuler”, a déclaré Maxime Main­tier, l’un des organ­isa­teurs, tou­jours cité par le Figaro.