Avec Aoyama, la cuisine tokyoïte s’installe rue de Gand

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Aoya­ma, c’est le nou­veau res­tau­rant imman­quable du Vieux Lille. Cui­sine nip­pone raf­fi­née, épi­ce­rie, cadre à tom­ber par terre… Ce res­tau­rant vous emmène tout droit à Tokyo, pour le bon­heur de vos papilles. 

Aoya­ma n’est pas un res­tau­rant japo­nais, mais plu­tôt un res­tau­rant tokyoïte. Oui, on sait que Tokyo c’est au Japon, mais la dif­fé­rence est essen­tielle : “res­tau­rant japo­nais” aujourd’­hui c’est syno­nyme de sushi et de salade de chou, et chez Aoya­ma on est très (mais alors très) loin de tout ça.

Flo­rian, le pro­prié­taire du res­tau­rant et grand amou­reux du Japon a pen­sé à tout, dans une logique de res­pect de la vraie culture japo­naise. De la déco­ra­tion épu­rée, aux toi­lettes direc­te­ment venues du Japon en pas­sant bien sûr par la nour­ri­ture déli­cieuse, tout est réflé­chi… et fran­che­ment réus­si.

Et alors, le menu ça donne quoi ? Ça donne envie. Le res­tau­rant fonc­tionne sur le prin­cipe du Ichi­ju san­sai, c’est à dire un menu avec un riz, une soupe et trois plats (prin­ci­pal, accom­pa­gne­ment, salade). Vous pou­vez com­po­ser votre repas avec douze options, 100% faites mai­son et renou­ve­lées tous les mois.

En ce moment, Flo­rian pro­pose par exemple du sau­mon teriya­ki, du dai­ga­ku imo (des patates douces avec du miel, du soja et du sésame noir) ou encore une salade suno­mo­no, à base de concombres de tofu de sésame et d’algues, assai­son­née de miel, de sauce soja, d’huile de sésame et de tour­ne­sol. On ne vous cite là qu’un minus­cule échan­tillon de la carte, mais il y a plein d’autres plats à décou­vrir, qui ont tous l’air déli­cieux. Le plus dur, c’est de faire un choix.

Vous sali­vez c’est bon ? C’est pas fini. En plus de ces plats, Aoya­ma pro­pose une sélec­tion de pâtis­se­ries fran­che­ment allé­chante : bana­na bread avec un gla­çage au sésame noir, chee­se­cake japo­nais ultra léger, cookies mat­cha­ca­da­mia, tira­misù au mat­cha incroyable (on a gou­té, c’é­tait fou) … du très très bon (et beau aus­si).

Et quand y’en a plus, y’en a encore ! Aoya­ma pro­pose aus­si un coin épi­ce­rie, où vous pour­rez retrou­ver les pro­duits uti­li­sés en cui­sine comme des soba, du mat­cha, du sésame, une sélec­tion de thés de la mai­son Juget­su­do, du whis­ky, du saké… on peut même ache­ter la superbe vais­selle dans laquelle les plats sont ser­vis !

Le menu ichi­ju san­sai est à 15 euros (le des­sert et les bois­sons sont en plus), et on vous le répète : tout à l’air déli­cieux.

Aoya­ma, 70 rue de Gand, du mar­di au same­di de 12 heures à 22 heures et le dimanche de 14h 30 à 18 h 30.