Déclaration de revenus en ligne : mode d’emploi pour les nuls

Dans Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Avec tous ces ponts de mai, on en aurait presque oublié de faire notre décla­ra­tion de reve­nus tiens ! Alors qu’il est plus que temps, mes­dames et mes­sieurs. Allez, on sèche ses larmes, on se connecte sur le site des impôts et on vous tient la main dans cette épreuve. Sur­tout si c’est votre bap­tême du feu.

Offi­ciel­le­ment, le 17 mai sonne le der­nier jour pour décla­rer vos reve­nus de l’an­née 2017… en ver­sion papier. Mais bon, le truc chouette avec Inter­net, c’est que si vous optez (et on vous le conseille beau­coup) pour la décla­ra­tion en ligne, vous avez encore un peu de temps pour vous plon­gez dans les méandres du site des impôts. Les Lil­lois ont même la chance de faire par­tie du groupe des dépar­te­ments qui ont le plus long délai: jus­qu’au 5 juin, minuit.

Atten­tion, on vous voit venir: ça ne veut pas dire qu’il faut pro­cras­ti­ner et attendre la der­nière minute pour rem­plir sa décla­ra­tion ! Ce ne sera cer­tai­ne­ment pas votre meilleur moment de la jour­née, mais allez, on se fait vio­lence.

Si vous êtes encore affilié au foyer fiscal de vos parents

Pro­fi­tez ! Ce temps de l’in­sou­ciance admi­nis­tra­tive ne dure pas éter­nel­le­ment. Offi­ciel­le­ment, tout majeur doit décla­rer ses reve­nus seul mais vos parents peuvent opter pour le rat­ta­che­ment au foyer fis­cal jus­qu’à vos 21 ans, voire 25 ans si vous êtes encore en études. Vous pou­vez tou­jours lire la suite pour vous pré­pa­rez psy­cho­lo­gi­que­ment mais, à moins que vos parents ne vous fassent par­ti­ci­per à l’ef­fort col­lec­tif des impôts, vous n’a­vez rien à rem­plir ou à payer cette année.

Si vous déclarez seul
  • C’est la toute pre­mière année ? Vous avez dû rece­voir dans votre boîte aux lettres ou celle de vos parents (on vous conseille de pas­ser un coup de bigo pour che­cker) un cour­rier du fisc avec vos iden­ti­fiants, à savoir votre numé­ro fis­cal et votre mot de passe. Ne les per­dez sur­tout pas !
  • Il est temps de pas­ser aux choses sérieuses et de se rendre ici, sur le site offi­ciel des impôts. Vous cli­quez sur espace per­son­nel puis ren­trez vos fameux iden­ti­fiants. Une toute nou­velle page s’ouvre et vous pou­vez alors vous diri­ger vers Décla­rer — Ses reve­nus.
  • Mieux vaut avoir pas très loin de soi tous ses papiers: à savoir ceux de notre loge­ment si on a chan­gé d’a­dresse entre 2016 et 2017 et, sur­tout, l’at­tes­ta­tion fis­cale de l’an­née 2017 que  l’employeur glisse sou­vent avec la fiche de paie du mois d’a­vril.
  • Une fois toutes vos infor­ma­tions per­son­nelles véri­fiées, vous arri­vez à l’é­tape des reve­nus. Nor­ma­le­ment, les mon­tants sont auto­ma­ti­que­ment pré-rem­plis par l’ad­mi­nis­tra­tion selon ce qu’a décla­ré votre employeur. Si vous en avez plu­sieurs (d’employeurs), soyez atten­tifs et sor­tez la cal­cu­lette pour véri­fier le total. En sachant que les bourses du CROUS et les APL ne doivent pas être comp­ta­bi­li­sées.

 

  • N’ou­bliez pas d’ajou­ter les poten­tielles pen­sions ali­men­taires, les reve­nus annexes (comme ce que vous gagnez en louant votre appart sur AirBnB) ou encore les abat­te­ments aux­quels vous avez peut-être droit.
  • Les jobs d’été, si et seule­ment si vous aviez moins de 26 ans au 1er jan­vier 2017, sont exo­né­rés d’impôts s’ils ne dépassent pas trois fois le Smic (ça tourne gros­so modo autour de 4 400 euros par an).
  • Si vous étiez sta­giaire, en appren­tis­sage ou en alter­nance en 2017, la limite de l’exo­né­ra­tion d’im­pôts est de 17 763 euros par an.
  • N’ayez pas peur du timing: s’il vous manque une infor­ma­tion, vous pou­vez reve­nir et modi­fier votre décla­ra­tion jus­qu’au 5 juin. Tout ce que vous avez déjà indi­qué sera sau­ve­gar­dé.
La douloureuse

A la fin de votre décla­ra­tion, on n’ou­blie pas de signer et le site vous livre une esti­ma­tion du mon­tant de votre impôt sur le reve­nu. (Aïe ?)

Si vous êtes impo­sable, vous rece­vrez votre avis offi­ciel durant l’é­té et il fau­dra payer le solde à la ren­trée si vous n’a­vez pas opté pour la men­sua­li­sa­tion. Allez, on vous lâche la main et on vous sou­haite bon cou­rage.