Pourquoi la Fête de la Solidarité a-t-elle été annulée ?

Dans Lille, Politique
Scroll par là

Photo @Une pièce de boeuf

A Vauban, on est habitué aux potes qui jouent aux cartes au son des djembés ou aux Lillois qui chillent sur l’herbe. Mais une fois par an, on monte d’un cran avec la Fête de la Solidarité qui mêle activités, musique et associations caritatives et humanitaires. Et la quatrième édition, c’est ce dimanche.

Ça, c’est le début de l’article qui était écrit et prêt à paraître pour annoncer l’événement. Vous ne lirez jamais la suite puisque, mardi, la (mauvaise) nouvelle est tombée : il n’y aura pas de Fête de la Solidarité cette année.

Pas à cause de la météo, non, mais d’autorisation. Les deux assos organisatrices de cette édition 2018, Unit’aide et le Lab’Solidaire, n’ont pas eu le droit de s’installer dans le jardin Vauban. “Unit’aide envoie depuis trois ans la même demande d’espace public à la ville courant avril et il n’y a jamais eu de problème avant cette année, explique Nicolas, président du Lab’ Solidaire. On a forcément été surpris de la réponse négative reçue début juin.”

La raison invoquée par la mairie sur leur courrier : “Les parcs sont saturés en cette période estivale de l’année“. Jacques Richir, adjoint en charge des fêtes et de l’animation de la ville, explique “que la pression pour les demandes de manifestations est tellement forte à Lille, qu’on se doit de faire des choix. Sinon on aurait des événements presque tous les week-ends dans les jardins publics“.

Car si le bien-fondé de la Fête de la Solidarité n’est pas remis en cause par la Ville, cette dernière aurait reçu ces derniers temps de nombreuses plaintes d’habitants, regrettant de ne pas pouvoir se balader “tranquillement” dans les parcs lillois sans qu’une manifestation y ait lieu.

La demande pour organiser des événements ne cesse d’augmenter d’année en année, continue Jacques Richir. Et tant mieux, ça prouve que Lille reste active et attractive. Mais on veut désormais bien distinguer espaces publics et jardins publics pour que ces derniers soient de nouveau des lieux de balades familiales“.

Traduction : les grosses manifestations au jardin Vauban ou au parc J.B-Lebas devraient se faire de plus en plus rares.

Solutions de repli ?

La municipalité a donc proposé il y a quelques semaines la place Richbé (le petit square entre Répu et la rue de Béthune) à la Fête de la Solidarité. “Si on enlève les tables et la scène, on peut accueillir 80 personnes max sur cette place. Sauf qu’on attendait entre 1500 et 3000 personnes pour la Fête de la Solidarité“, expose Nicolas du Lab’Solidaire.

Deuxième solution proposée début juin par la mairie : le quai Léon Jouhaux, plus grand et à quelques centaines de mètres de Vauban. “C‘est un lieu idéal pour ce genre d’événement, argue l’élu lillois. Mais ils l’ont refusé aussi. Et là, on ne comprend pas pourquoi.”

Du côté du Lab’Solidaire, Nicolas admet que l’endroit est spacieux “mais on avait bossé des mois autour du parc Vauban et le quai Léon Jouhaux, c’est tout de même un autre cadre, un autre environnement. On était aussi inquiets pour la sécurisation des lieux et le temps jouait contre nous“. A quelques jours de l’événement, l’asso a donc préféré annuler l’événement. 

Mais qu’on se rassure : la Fête de la Solidarité n’est pas morte et pourrait revenir l’année prochaine. Où ? C’est encore un mystère.