Quantriome, le duo qui rend la récup’ design

Dans C'est green, Ch'est bieau, Lille
Scroll par là

Pho­to @Quantriome

Pas besoin de matières nobles pour faire un abat-jour desi­gn. La preuve, il suf­fit à Marion et Quen­tin, deux jeunes desi­gners du coin, d’une vieille pas­soire pour créer une lampe cool ou d’un plat de grand mère pour faire un miroir ten­dance. 

Le gre­nier de la mai­son de famille regorge sou­vent de vieux bibe­lots des aïeuls qui prennent la pous­sière (les bibe­lots, pas vos ancêtres). On n’ose pas les jeter par loyau­té fami­liale mais on aime­rait bien en faire quelque chose d’u­tile.

Quen­tin et Marion, 29 et 28 ans, n’ont plus ce pro­blème : tout ce qu’ils trouvent, que ce soit chez eux, dans les bro­cantes, dans les garages de leurs potes ou même dans la rue, ils en ont font des pièces desi­gn. Rendre leurs lettres de noblesse à des pièces bonnes à jeter ou à finir au musée, c’est deve­nu leur cre­do depuis leur sor­tie de l’é­cole.

Oui, cest une vieille pas­soire qui sest recon­ver­tie dans le lumi­naire. @Quantriome

En fait, leur idée de recy­cle­rie créa­tive remonte au temps ils étaient encore des étu­diants en desi­gn à Tour­nai. “Moi qui suis ori­gi­naire du Sud, je ne connais­sais pas cette culture de la bro­cante, des bra­de­ries et des vide-gre­niers domi­ni­caux de Tour­nai”, confesse Marion. Elle découvre avec Quen­tin la bra­de­rie de l’art de Rou­baix en 2012 et tout se déclenche : l’an­née sui­vante ils ins­tallent leur propre stand avec leur pre­mière série de lampes remas­te­ri­sées.

Cage à oiseaux remas­te­ri­sée. @Quantriome

On a tou­jours été dans cette vision du recy­clage et du desi­gn pour tous : trans­for­mer les déchets ou les objets mar­qués par leur époque en sus­pen­sion ou en bureau, ça nous parais­sait à la fois logique et natu­rel”, pour­suit Quen­tin.

En novembre 2017, ils intègrent une coopé­ra­tive d’ac­ti­vi­té lil­loise, Grands Ensemble, et se bap­tise Quan­triome (ana­gramme de leurs deux pré­noms pour ceux qui se pose­raient la ques­tion). Ils squattent désor­mais près du bou­le­vard Vic­tor-Hugo, au QG de l’as­so Volume Ouvert dont ils font par­tie.

Mais pas la peine d’al­ler y toquer pour venir voir leurs pièces, seuls leurs ate­liers s’y trouvent. Pour décou­vrir ce qu’ils font et cra­quer sur une lampe-toy à une tren­taine d’eu­ros, direc­tion leur site, les bra­de­ries de l’art ou les mar­chés de créa­teurs.

Dans leurs car­tons recy­clés, ils ont encore une foule d’i­dées pour conti­nuer à se déve­lop­per, comme une news­let­ter qui débarque sur le net fin juin, des ate­liers DIY desi­gn ou des recherches de pop-up stores pour mon­trer leurs créa­tions. Bon par contre là, il fau­dra se mon­trer un peu plus patients.

Les der­nières créa­tions de Quan­triome.