Les huit tips de la green blogueuse Audrey Redac pour débuter dans le zéro déchet

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

Photo @AudreyRedac

On est de plus de plus à être pétris de bonnes intentions et à vouloir passer au zéro déchet. Sauf que voilà, quand on regarde nos poubelles et nos placards, on a la sensation que ça ne va pas être de la tarte et que notre confort va en prendre un coup. #retouràlâgedepierre

Pourtant, à en voir certains sur les réseaux sociaux, ça semble simple comme bonjour. Pour nous c’est plutôt, “bonjour la flemme et la pression“. En réalité, il suffit de pas grand chose pour enclencher sa vie en mode zéro déchet easily, sans frustration. Et on vous le prouve ! Avec les conseils d’Audrey Redac, la green blogueuse/youtubeuse lilloise aux 14 000 abonnés qui décomplexe les newbies que nous sommes.

1. Etre indulgent et patient avec soi-même

Sur son blog et sa chaine Youtube, Audrey délivre ses conseils, non pas pour se la péter mais pour répondre aux questions qu’elle s’est elle-même posées un jour sans trouver un début de réponse sur les internets mondiaux. Et si maintenant, chez elle, le zéro déchet fait partie intégrante de sa vie, elle a commencé, comme tout le monde, par des petites choses. “Le zéro déchet ne doit pas devenir une contrainte mais un besoin de prendre soin de soi et de la nature. De toute façon, au moment où on se contraint, on se frustre, et c’est foutu“, défend la Lilloise.

Donc on commence avec de petits gestes qui ne coûtent pas grand chose, en prenant son temps “et en ne culpabilisant pas si on craque sur un mars“, conclut Audrey.

2. Coller un stop pub

Audrey veut prouver que commencer à penser et agir zéro déchet, c’est simple. “Simple comme mettre un autocollant stop pub sur sa boîte aux lettres“. C’est même un geste qui loin de nous contraindre, ne nous ferait pas mal de bien et ne laisserait que les cartes de postales de mamie et les impôts dans la boîte aux lettres.

3. Bye bye le pousse-mousse

Le pousse-mousse, pousse-pousse ou pousse-savon selon ce que vous ont appris vos parents à 3 ans, c’est peut être une petite madeleine de Proust pour vous, mais pour l’environnement ça veut dire beaucoup.

Traduction : revenez au pain de savon classique. Audrey conseille de commencer par en mettre un “au bord du lavabo de la salle de bain“, juste pour y penser et pour s’y habituer.

4. Coucou le marché

Quand on y regarde bien, le marché c’est un peu le temple du zéro déchet avant l’heure. “Là-bas, c’est forcément du vrac et tout le monde est avec son cabas ou ses sacs réutilisables, rappelle la bloggueuse. Vous vous fondez dans la masse et vous (re)découvrez de bons produits“. Que du bonus. Et sans se forcer en plus.

Ah et tant qu’on y est : si vous être coincés entre les sacs plastique polluants ou les sacs en tissu encore trop contraignants pour vous, il y a un entre deux et c’est le sac en kraft.

5. Ne plus accepter de flyers

A Lille, on se retrouve parfois avec des flyers plein les poches à la fin de la journée. Si certains nous intéresse et qu’on en a besoin, pourquoi pas. “Mais on peut aussi simplement et gentiment dire non quand on nous en propose “. Avec le sourire, ça passe encore mieux.

7. Ne plus imprimer ses billets

S’il y a bien un truc cool avec la technologie c’est qu’en 2018, le smartphone peut contenir à lui seul tous vos billets de train pour les vacances, les places de concerts et même vos tickets de carte bleue.

 

Alors surtout, on ne s’en prive pas. On peut même se faire un peu d’argent en allant revendre son imprimante sur Le Bon Coin.

8. Refuser les pailles dans son smoothie

Mieux que refuser, c’est juste de préciser qu’on en aura pas besoin“, explique Audrey. On parle d’ailleurs bien des pailles en plastique et non en inox ou en amidon de maïs. Mais même dans ces cas là : est-ce qu’on a vraiment besoin d’une paille pour savourer notre cocktail planteur ou notre smoothie detox ?