Le futur institut régional de la photographie est annoncé pour 2020 dans le Vieux-Lille

Dans Culturons-nous, Lille
Scroll par là

L’an­née der­nière, Xavier Ber­trand, aka le pré­sident de la région, avait tea­sé l’ar­ri­vée pro­chaine d’un ins­ti­tut de la pho­to­gra­phie des Hauts-de-France à Lille. Il vient de dévoi­ler la date et le lieu : ren­dez-vous pour l’ou­ver­ture fin 2020, rue de Thion­ville, dans le Vieux-Lille.

L’an­cien lycée Lalo du Vieux-Lille va chan­ger de peau d’i­ci peu : c’est là que la région, pro­prié­taire des lieux, a déci­dé d’ins­tal­ler le futur ins­ti­tut régio­nal de la pho­to­gra­phie. D’a­près les infos de nos voi­sins de La Voix du Nord, ce sont près de 3 600 m² qui seront dédiés à l’art de la pho­to dont 1 500 rien qu’aux expos.

On parle aus­si de recherche, de conser­va­tion, de confé­rences, d’é­vé­ne­ments ori­gi­naux avec un bud­get tra­vaux de plus de 7 mil­lions d’eu­ros et un bud­get de fonc­tion­ne­ment avoi­si­nant les 2 mil­lions. Pour vous don­ner un ordre d’i­dée, tout ça, ça fait quand même l’é­qui­valent 600 000 appa­reils Kodak jetables. (Si vous ne connais­sez pas, savou­rez votre jeu­nesse.)

Et tout ça va aller très vite fina­le­ment d’a­près La Voix du Nord : “appel à can­di­da­ture pour le pro­jet archi­tec­tu­ral déjà lan­cé le 6 juillet, sélec­tion du lau­réat début 2019, ouver­ture pré­vue pour fin 2020″.

Pour les habi­tués de la Mai­son de la pho­to­gra­phie de Fives, pas de sou­cis, elle est dans la boucle. Comme autres par­te­naires, on retrouve le Centre régio­nal de la pho­to­gra­phie à Dou­chy-les-Mines, celui de Beau­vais mais aus­si le Fres­noy, Pic­ta­no­vo, les écoles d’arts, des uni­ver­si­tés… Côté direc­tion, c’est Anne Lacoste qui a été nom­mée au poste. Vous ne la connais­sez pas ? C’est juste l’an­cienne conser­va­trice du Get­ty Museum de Los Angeles.

Bref, tout le monde est là pour que l’Ins­ti­tut puissent ouvrir vite et bien. Le but affi­ché est clair : faire rayon­ner la pho­to­gra­phie et Lille au niveau inter­na­tio­nal. Que du posi­tif donc. Ou du néga­tif si vous vou­lez abso­lu­ment qu’on reste dans le monde de la pho­to