Et sinon, niveau sécurité à la Braderie, ça donne quoi ?

Dans Braderie de Lille, Lille
Scroll par là

L’année dernière, niveau sécurité, la ville de Lille avait vu grand pour la Braderie. En même temps, quand on s’apprête à recevoir plus de 2 millions de visiteurs chez soi, on fait attention à ce qu’ils soient en sécurité. Rebelote cette année, avec des moyens de sécurité qui ne déconneront pas. 

No parking, no cars

Le périmètre de la Braderie sera donc tout à fait hermétique à la circulation. Une fois que tout le monde aura installé ses étals, pas un moteur ne démarrera dans Lille, et pas une voiture ne pourra entrer. Les mesures annoncées par la ville et la préfecture courront du vendredi 31 août 19 heures au lundi 3 septembre 1 heure.

Pour ce faire, la recette de l’année dernière fera très bien l’affaire : six cent blocs de béton seront disséminés autour du périmètre de la Braderie. Les exposants seront passés à la loupe et leurs camions contrôlés à l’entrée. Au total, il y aura 26 points d’accès : 14 pour les professionnels et 12 pour le public. 

Comme en 2017, des fouilles aléatoires aux entrées/sorties pourront être effectuées sur les piétons. Et on vous conseille plus que fortement de laisser le couteau à saucisson ou vos pétards au chaud à la maison.

Police is everywhere

Les forces de l’ordre seront à peu près partout, en civil ou en uniforme, sous terre (métro) ou sur terre (gare), dans les airs ou sur la Deûle. En comptant tout le monde, ça devrait faire plus de 2000 personnes mobilisées rien qu’à Lille entre policiers nationaux, municipaux, sécurité civile et gendarmes.

On rajoute à ça trois hélicos (dont un avec caméra embarquée), un avion de la police des frontières pour quadriller le terrain, des agents postés dans la banlieue lilloise et jusqu’en Gare du Nord à Paris, et on arrive à presque à 3000 forces de l’ordre déployées pour la Braderie dans son ensemble. 

De l’air rue de Gand

L’idée d’un tel dispositif est bien sûr de réduire au minimum le risque d’attentat mais aussi de désengorger au maximum les axes pour éviter un mouvement de foule. L’année dernière, certains d’entre vous ont peut-être un cuisant souvenir de la tentative de traversée de la rue de Gand.

Sachez que cette artère devrait un petit peu mieux respirer cette année : une charte entre les commerçants/restaurateurs de la rue et la mairie a été signée pour que chacun veille à ce que l’on puisse marcher à plus d’1m/h dans la rue pavée. Et le dispositif sécuritaire y a été renforcé tout comme il le sera sur le marché de Wazemmes dimanche matin avec le retour de la rue Gambetta dans le périmètre de la Braderie.

Allô rumeur ?

A la préfecture comme à la mairie, on sait que le risque zéro n’existe. L’une de leur plus grande crainte niveau sécu’ on l’a compris : le mouvement de foule. Il peut partir d’un rien mais aussi d’une rumeur qui circule dans la Braderie. Si vous en entendez une, pas de panique, il suffit de dégainer son portable et d’aller checker le compte twitter de la préfecture, de la police nationale et de la mairie qui seront actifs tout au long du week-end et pourront démentir les rumeurs ou faire des appels à la population.