[Flashback] La battle entre Lydéric et Phinaert à l’origine de la fondation de Lille

Dans Lille
Scroll par là

Rome a Rémus et Romulus comme fondateurs. Lille a Lydéric et Phinaert. Eux ne sont pas des frangins qui s’entretuent mais (attention spoiler) l’un a quand même tué l’autre à la fin. Ça y’est, on a titillé votre curiosité ? La légende de la fondation de Lille aurait pu faire un épisode de Game of Thrones, et on vous le prouve en vous la racontant à la sauce Vozer : 

Oyez ! Oyez ! Bienvenue en l’an de grâce 620 dans notre bonne vieille France. La légende de la fondation de Lille commence à… Dijon. On vous explique : à cette époque, Salvaert est un prince bourguignon de Dijon qui a des petits soucis chez lui. Problème d’argent ? d’autorité ? de religion ? On n’en sait pas grand chose. Ce dont on est certain, c’est que ce ne sont pas des problèmes conjugaux puisque Salvaert décide de partir se réfugier en Angleterre en embarquant sa femme Ermengaert enceinte.

Sur leur route, ils passent par le pays de Bucq (ou Buc selon l’envie) au Nord. C’est un petit coin assez champêtre mais qui appartient à un seigneur local pas très commode qui répond au doux nom de Phineart.

Bucq-sur-Deûle

Phinaert, c’est donc le boss des lieux qui a une réputation d’homme cruel et dont le repaire se situe au château de Bucq sur les bords de la Deûle. Un château sur une motte féodale près de la Deûle ? Oui, nous sommes bien à l’endroit précis où se trouve la cathédrale de la Treille aujourd’hui.

Revenons-en à nos Bourguignons qui arrivent de Dijon. Leur GPS de l’époque leur dit que le chemin le plus court pour arriver en Angleterre avant le tea time, c’est par le Bois de Sans-Mercy. Ce nom n’est pas donné comme ça pour la rigolade : les lieux sont connus pour être sinistres et être le théâtre d’une foule d’agressions commises par le seigneur Phinaert.

Mais bon, avec une femme enceinte dans l’escorte, mieux vaut ne pas traîner et tout le monde entre dans le bois en traçant sa route. Sauf que Phinaert a encore une fois prévu une embuscade dans son endroit favori et ses brigands attaquent nos Bourguignons de passage.

 

 

Le passage sanglant

Là, on passe en mode Game of Thrones : c’est un massacre. Aucune pitié pour Salvaert et ses hommes, seule Ermengaert parvient par miracle à s’extraire de la bagarre. Cachée par un (ou des) arbre(s), elle échappe au regard des hommes de Phinaert et toutes ces émotions fortes aidant, elle met au monde son enfant toute seule : it’s a boy !

 

 

Mais pas le temps de s’extasier sur les petits pieds potelés de son nourrisson, Ermengaert le sait, elle ne doit pas traîner dans les parages puisque les brigands sont désormais à sa recherche et fouillent tous les bosquets.

Même avec son côté wonderwoman, la jeune maman sait qu’elle n’a pas de grandes chances de leur échapper. Elle abandonne et cache alors son bébé avant de se rendre elle-même aux hommes de Phinaert.

Ermangaert est emprisonnée par le seigneur local pendant que son enfant attend tranquillou dans le bois de Sans-Mercy. Il est finalement recueilli par Lydéric, un ermite du coin, qui lui donne son nom et chope une biche pour faire téter du lait au petit.

Twenty years later…

Nous sommes maintenant en 640, Lydéric Junior a bien grandi (de vingt ans environ si nos calculs sont bons). Son père adoptif l’a élevé comme il faut et l’a même envoyé en Angleterre pour parfaire son éducation de gentlemen. Lydéric Jr est donc un chevalier on ne peut plus habile, ce qui va bien lui servir une fois que l’ermite lui a dévoilé l’histoire de sa naissance et de ses parents.

 

 

Là, les origines dijonnaises du jeune homme reviennent et la moutarde lui monte au nez. Il saute sur son cheval pour aller défier le meurtrier de son père et le geôlier de sa mère. Sauf qu’à l’époque, si on veut faire les choses bien et demander un duel judiciaire (on vous l’avait dit que ça ressemblait à GOT toute cette histoire), il faut que le roi de France soit au courant et donne son accord.

Le monarque écoute attentivement l’histoire de Lydéric Jr et accepte sa proposition de duel : le rendez-vous est fixé sur le Pont-de-Fins à Lille (il se situait juste ) le 15 juin 640 en présence du roi. Lydéric et Phinaert se livrent un combat sans merci mais comme il y a une justice dans ce monde de légendes, c’est Lydéric qui l’emporte et Phinaert qui trépasse.

 

 

Ermengaert est logiquement libérée après 20 ans de captivité. Le fils a vengé son père et prend la place de l’assassin en devenant le nouveau seigneur de Bucq. Pour ajouter un peu au prestige, le roi de France le nomme Grand Forestier et lui confie l’administration de toute la Flandre.

En bon seigneur et premier comte de Flandre, Lydéric fera prospérer son fief et de nombreux habitants viendront s’installer autour de son château à côté de la Deûle. Et voilà comment une ville naît. En tout cas, c’est comme ça que la légende de la fondation de Lille est née.

A noter qu’on doit cette histoire légendaire non pas à des fouilles historiques mais à deux Brugeois, Antoine de Rovere et Jacques Van Malen qui la rédigèrent en 1481.