Regus, le futur coworking de la gare Lille-Flandres, a une vue imprenable sur la ville

Dans Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Un coworking et des bureaux dans une gare, ce n’est pas si excentrique. Après tout, les gens sont mobiles, ont besoin de prendre le train pour des rendez-vous ailleurs, ou juste parfois pour rentrer chez eux. A la gare Lille-Flandres, les étages qui surplombent le parvis sont en train d’être aménagés en bureaux et en espace de coworking. Et il y a pire comme endroit, pour bosser. 

 

La gare avait ces locaux, et l’entreprise spécialisée dans l’aménagement d’espaces pro Regus a tendance à s’installer dans les gares. L’un dans l’autre, ça fait un projet immobilier de dingue. Imaginez. Les étages qui surplombent l’entrée sont en train d’être achevés. Et comme la gare bénéficie du cachet de l’ancien, et que Regus a conservé tout le charme, les bureaux sont assez canons. Sur les trois niveaux, les salles donnent sur le parvis et la rue Faidherbe ou carrément sur les quais.

Une soixantaine de bureaux va donc être mise à la location pour une heure, un mois, ou trente-six aux premier et dernier niveau. Et au deuxième étage, là où se suivent plusieurs anciens “salons royaux”, un espace de coworking va être mis à disposition de qui veut. On vous annonce tout de go 4 mètres sous plafond, cheminées anciennes, installations high tech et cuisine. “On arrive avec son ordinateur dans son sac et on peut commencer à travailler, détaille Christophe Burckart, directeur général de Regus France. L’idée est de proposer un espace de travail flexible et innovant.

Et si au passage, il peut être beau, c’est tout gagné. “Le critère N°1 des millennials quand ils choisissent un emploi, c’est la qualité de l’environnement de travail, avant la rémunération“, poursuit le Christophe Burckart. Il faut dire que l’histoire de la gare est assez fameuse et ses murs en portent encore les traces. “La première gare a été construite en 1841, raconte le directeur de la gare Eric Leboube. Mais elle était trop petite. Ils ont alors décidé de démonter la gare du Nord à Paris et de la reconstruire à Lille.” Voilà, donc à l’époque, dans les années 1860, on préférait réutiliser les matériaux existants. “La gare du Nord était trop petite aussi pour Paris, de tout façon.” Du recyclage grande échelle à la mode XIXe.

Les travaux qui ont débuté avant l’été vont s’achever tout bientôt, et l’ouverture au public est prévue pour le 5 octobre. Pour le coworking, “les prix n’ont pas encore été figés, mais à Lille, ça devrait être de l’ordre de 250 euros par mois à peu près, avec accès aux services et au réseau“, annonce Christophe Burckart.

Pour se rencarder, c’est sur le site de Regus