L’éléphant de Fives a laissé sa place à une fresque murale

Dans Dans la rue
Scroll par là

C’est qu’on avait fini par fran­che­ment s’at­ta­cher à cet élé­phant, à l’angle des rues Bal­let et Ana­tole-de-la-Forge à Fives. Ves­tige appar­te­nant à l’é­di­tion Bom­bay­sers de Lille de Lille 3000. Après avoir repo­sé dans l’un des halls cathé­drales de Fives-Cail, il a été ins­tal­lé, l’an­née der­nière, dans cette nou­velle rue qui part de Mar­bre­rie et qui rejoint la friche. Grand prince, il a lais­sé la place à une vieille dame de 93 ans et ses oiseaux migra­teurs. 

Oui, que ce soit dit. L’é­lé­phant est Fivois et le res­te­ra”, pro­met Sébas­tien Duhem, pré­sident du conseil de quar­tier de Fives et adjoint à la mai­rie de Lille. “La rue André-Bal­let était un empla­ce­ment pro­vi­soire. C’é­tait un bon mar­queur pour dire que quelque chose se passe à Fives Cail.” Mais voi­là, il n’a­vait pas voca­tion à res­ter là éter­nel­le­ment. D’au­tant que la mai­rie de Lille a com­man­dé il y a quelques mois une fresque murale à Etel Adnan, une artiste amé­ri­ca­no-liba­naise. Pour Fives, elle a ima­gi­né des oiseaux migra­teurs, qui s’ex­posent en 5 mètres sur 5 mètres sur le pignon de la mai­son qui fait l’angle des rues Bal­let et Ana­tole-de-la-Forge. Autant dire que l’é­lé­phant aurait fait un peu d’ombre à l’oeuvre.

Mais pas de panique, l’é­lé­phant va mon­trer le bout de sa trompe dans Fives tout bien­tôt. “Il va reve­nir, mais pas au même endroit, assure Sébas­tien Duhem. Ce sont les habi­tants de Fives qui vont déci­der.” Une déci­sion qui va se faire en plu­sieurs étapes dans les semaines à venir. Les membres des ate­liers “cadre de vie et urba­nisme” qui ont régu­liè­re­ment lieu à Fives vont d’a­bord être sol­li­ci­tés pour iden­ti­fier quatre ou cinq lieux pro­pices à l’ins­tal­la­tion d’un élé­phant taille réelle. “On met­tra une réserve sur les lieux avec des ins­tal­la­tions élec­triques en sous-sol. Les lieux poten­tiels seront déter­mi­nés dans la mesure de ce qui est régle­men­taire”, affirme l’é­lu.

Une fois la liste com­plète, ce sont tous les Fivois qui pour­ront don­ner leur avis. “On va ima­gi­ner une sorte de vota­tion en mai­rie de quar­tier et dans les écoles.” Voi­là, c’est donc les habi­tants qui vont déci­der. Le quar­tier est grand, il ne devrait pas y avoir de dif­fi­cul­té à trou­ver une place à cet élé­phant. “Il faut un endroit qui soit visible par tous les Fivois, et en même temps que ceux qui sont de pas­sage remarquent.” Lais­sez tom­ber la place Degey­ter, une oeuvre, la Demoi­selle de Fives de Ken­ny Hun­ter, y a déjà élu domi­cile.