Choisir sa mutuelle étudiante : mode d’emploi pour les nuls

Dans La Fac, Money Money Money
Scroll par là

Bien­ve­nue dans le monde mer­veilleux des frais de san­té. Allez, oublions l’i­ro­nie et pas­sons à ce qui vous inté­resse : com­ment doit-on choi­sir sa mutuelle quand on est étu­diant ? On vous aide à y voir plus clair (sans débour­ser un euro dans une nou­velle paire de lunettes, pro­mis).

Déjà, c’est quoi une mutuelle ?

Ne riez pas. Ce n’est pas évident pour tous. Cer­tains chez Vozer ont pra­ti­que­ment pas­sé la tota­li­té de leurs années de fac sans savoir ce que c’é­tait. Et c’est essen­tiel­le­ment parce qu’on confond sou­vent sécu­ri­té sociale étu­diante et mutuelle étu­diante. S’il y a bien une énorme dif­fé­rence entre les deux, c’est celle ‑ci : la sécu (étu­diante ou non), c’est obli­ga­toire alors que la mutuelle, non. 

Lire aus­si : 
C’est voté ! La sécu’ étu­diante va dis­pa­raître et on vous explique ce que ça change.

Alors à quoi ça sert une mutuelle si ce n’est pas obli­ga­toire ? Pour vous don­ner un indice, sachez qu’on l’ap­pelle aus­si com­plé­men­taire san­té. Autre­ment dit, une mutuelle c’est ce qui va venir com­plé­ter votre rem­bour­se­ment de la Sécu quand vous allez chez le doc’ ou que vous ache­tez une nou­velle paire de binocles par exemple.

Le tuto avant de choisir sa mutuelle

Depuis la ren­trée uni­ver­si­taire, sur les cam­pus, vous avez for­cé­ment dû cho­per un ou deux flyers des mutuelles étu­diantes comme la LMDE ou la SMENO. Comme vous êtes étu­diants et fiers de l’être, vous vous dites que la logique veut que ce soit vers ces mutuelles que doit se por­ter votre choix. Alors que… pas for­cé­ment. Tout dépend en fait de votre situa­tion, de vos besoins et de votre compte en banque. On vous fait le topo de la marche à suivre en points bou­lettes :

  • Pas­sez un coup de bigo au parents
    Pas pour leur deman­der de raquer pour la mutuelle mais plu­tôt pour savoir si vous ne pou­vez pas vous affi­lier à la leur. Par­fois ça ne coûte rien ou pas grand chose de se mettre sur celle de ses parents alors avant de se prendre la tête à com­pa­rer des mutuelles, autant appe­ler Môman pour se ren­sei­gner. 

  • Se ren­sei­gner sur la CMU‑C et l’ACS 
    Késa­ko ? Ce sont des aides pour les plus pré­caires. Si vous êtes par exemple déjà sous le régime CMU (cou­ver­ture mala­die uni­ver­selle), y’a peut-être des chances que vous puis­siez aus­si avoir la com­plé­men­taire san­té qui va avec. Selon une étude de 2014, 6,3% des étu­diants, avec ou sans com­plé­men­taire san­té, pour­raient être éli­gibles à la CMU‑C. Cette der­nière est gra­tuite mais elle est attri­buée sous condi­tions de rési­dence et de res­sources. Tout comme l’ACS (Aide pour une com­plé­men­taire san­té). Pour se ren­sei­gner, c’est par ici.

  • Se deman­der si on en veut une, de mutuelle
    Comme elle n’est pas obli­ga­toire, c’est quand même une ques­tion à se poser. On ne sait jamais ce qui peut arri­ver donc les plus pré­voyants ne se pose­ront pas la ques­tion.

  • Com­pa­rer toutes les mutuelles, pas que les étu­diantes
    Comme on le disait au-des­sus, ce n’est pas parce que vous êtes étu­diant que votre mutuelle doit l’être. Lorsque vous vous lan­ce­rez dans vos com­pa­ra­tifs, n’hé­si­tez pas à ajou­ter dans votre tableau les offres jeunes des autres mutuelles non-réser­vées aux étu­diants. Selon vos besoins en matière de san­té, vous pour­riez avoir de belles sur­prises. 

Combien je dois mettre pour ma mutuelle ?

Oui parce qu’on ne va pas se men­tir, si beau­coup d’é­tu­diants renoncent à avoir une mutuelle, c’est plus par sou­ci d’argent que par flemme ou peur du méde­cin. La semaine der­nière, l’é­mis­sion “On est plus des pigeons” a essayé d’y voir un peu plus clair dans toutes les offres pro­po­sées pour les étu­diants. Et c’é­tait pas du gâteau puisque que chaque mutuelle pro­pose plu­sieurs “packages” selon ses besoins. Gros­so modo, le panel d’offres va de 5€ par mois (ça paaaaaasse) à 50€ par mois (bye bye l’a­bon­ne­ment Net­flix). 

Selon les experts inter­ro­gés par les jour­na­listes des Pigeons, le plus rai­son­nable est de tabler sur une mutuelle à envi­ron 15€ par mois. Ou ne jamais tom­ber malade, mais c’est moins safe.

Pour creu­ser le sujet (et non le trou de la Sécu’), on vous laisse aller mater le repor­tage de l’é­mis­sion “On est plus des pigeons” en replay jus­qu’à la fin du mois d’oc­tobre