Le long du Peuple-Belge, un nouveau temple de la belle bouffe est en train de pousser

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

Quand un chef étoilé décide d’installer ses casseroles en ville, il ne le fait pas à moitié. Eric Delerue, qui a tenu le Cerisier à Laventie pendant plus de trente ans, construit actuellement un immeuble avec tout dedans : brasserie, restaurant gastronomique, appart’hôtel… et logements. 

Vous l’avez peut-être déjà vu, ce bâtiment en pierre blanche en construction le long du boulevard du Peuple-Belge, à deux pas du Queen’s Head. Et bah en février prochain, il va accueillir une brasserie et un restaurant gastronomique, le tout tenu par Eric Delerue, ancien patron du Cerisier, à Laventie.

En bas, il va y avoir une grande brasserie, de soixante-dix couverts à peu près, raconte le monsieur. Ça donnera sur la rue avec des baies ouvrantes. La décoration sera chaleureuse et contemporaine, avec de la pierre et du béton.” Eric Delerue cultive l’art du teasing, on n’en saura pas plus avant février, si ce n’est qu’il compte faire de la cuisine simple et honnête. “J’aime bien les petits plats mijotés. On proposera des bons pot-au-feu, ou des blanquettes quand l’hiver arrivera.” 

A l’étage, l’univers sera légèrement différent. Devant les mêmes baies vitrées qui donnent direct’ sur l’Hospice Comtesse et le palais de justice, une soixantaine de couverts seront disposés pour, là, un menu gastronomique. “On a eu un étoile au guide Michelin pendant 17 ans au Cerisier, on espère l’obtenir à nouveau en 2020“, confie le chef. Là, l’expérience sera bien sympathoche, avec fumoir et cave à cigare, salons privatifs et cuisine ouverte. “Les deux restaurants seront vraiment différents. Il y aura un fil conducteur entre les deux, mais ce sera quand même bien tranché.” Le premier fil conducteur, ce sera Eric Delerue, qui ira du rez-de-chaussée au premier étage par un escalier qui relie les deux cuisines. 

Et ces nouveaux hauts lieux de la graille ont chacun un nom, ou presque. Le restaurant gastronomique s’appellera “Un Cerisier en Ville”. La brasserie s’appellera “La Griotte”, ou “Les Griottes”, on n’a pas encore décidé.

Et si vous croyez que ça s’arrête là, vous ne connaissez pas le bonhomme. “Dans les étages, il y aura quatre appart’hôtels allant de 32 à 37m2, chacun avec un balcon, et des appartements en location.” Lui même s’est réservé un appartement de 150m2 pour éviter de s’éloigner trop de ses fourneaux. 

Sinon, on ne s’est toujours pas remis de l’ascenseur à voitures en construction, qui permet, dans un espace aussi réduit que la rue Saint-Joseph, de descendre les voitures en sous sol. 

Rendez-vous mi-février pour l’ouverture. Vous pensez bien qu’on est sur le qui-vive.