A quoi ressemblera Lille dans cinq ans ? #3

Dans Dans la rue, Lille

© Alstom

Scroll par là

Le début d’an­née, c’est le bon moment pour faire le bilan. Chez Vozer, on s’est dit qu’au contraire, on allait regar­der vers ce qui nous atten­dait. Pas for­cé­ment en 2019, mais plus loin, genre dans cinq ans. En gros, quand tous les chan­tiers annon­cés ces der­niers temps seront (nor­ma­le­ment) ter­mi­nés. Pour ce deuxième épi­sode, direc­tion le sud-ouest lil­lois. 

Dis­clai­mer : on vous fait un petit résu­mé de tous les chan­tiers en cours. Ça ne veut pas dire qu’on est pour ces pro­jets, ni qu’on est contre d’ailleurs. On vous les expose, c’est tout. 

Lire aus­si :
A quoi res­sem­ble­ra Lille dans cinq ans ? #1
A quoi res­sem­ble­ra Lille dans cinq ans ? #2

Lille-Sud 

Pour le coup, ça va bou­ger à Lille-Sud ces pro­chaines années. En tout cas, ça va construire dur. Hor­mis les loge­ments, les plus gros chan­tiers se concentrent à l’en­trée du quar­tier, vers la rue des Mar­quilles. 

On com­mence avec le plus gros, Lil­lé­nium. Le centre com­mer­cial aux modestes 56 000 m² doit ouvrir ses portes aux accros au shop­ping en novembre 2019. 

Lire aus­si :
Lil­le­nium : les chiffres fous du futur centre com­mer­cial de Lille-Sud

Au pro­gramme des réjouis­sances : un E.Leclerc de 11 000 m², 105 bou­tiques pré­vues, dix res­tau­rants réunis autour d’une ter­rasse com­mune de 320 m², sky­bar et roof­top. Avec un petit com­bo bureaux et hôtel pour ter­mi­ner le tout. 

©️Rudy-Ric­ciot­ti

Côté desi­gn, on part sur du béton blanc façon­né en mode tur­fu par Rudi Ric­ciot­ti, vain­queur du Grand prix Natio­nal de l’Architecture.

©️Rudy-Ric­ciot­ti

Pas très loin de là, pour ceux qui sont plus salle noire que hall de verre, on pour­ra aller se faire une toile au nou­veau com­plexe Pathé pré­vu pour 2020. Ici, c’est l’ar­tiste Daniel Buren qui se char­ge­ra de construire le mul­ti­plexe avec de la brique rouge made in Nord. Et comme tout bon nou­veau cinoch qui se res­pecte, il aura droit à sa salle 4DX. 

©Buren

Lire aus­si :
D’i­ci 2020, un gros Pathé va ouvrir à Lille-Sud

EuraTech et les berges de la Deûle

Qui a dit qu’il n’y avait rien de nou­veau à l’Ouest ? Oubliez ça pour Lille en tout cas. Ces pro­chaines années, le sec­teur va subir une petite méta­mor­phose à com­men­cer par le pro­jet WENOV. Késa­co ? C’est tout sim­ple­ment la mon­tée en puis­sance d’Eu­ra­Tech qui va se trans­for­mer en méga cam­pus d’i­ci 2020.

Conçu sur le même modèle qu’un éco­quar­tier, le site a pour ambi­tion de deve­nir un hub tech­no­lo­gique et numé­rique XXL au niveau euro­péen avec les futurs 100 000 m² qu’il occu­pe­ra. 

Lire aus­si : 
Eur­aTech s’offre un nou­veau cam­pus dingue pour 2020

En gros, ce sera un cam­pus où l’on retrou­ve­ra les bases avec une rési­dence pour étu­diants, des classes d’enseignement supé­rieur et un centre de for­ma­tion dédiés au numé­rique. Mais là où on passe en mode Silli­con Val­ley, c’est quand on nous annonce des com­merces, des espaces de cowor­king et pour les start-ups, une student fac­to­ry, des fablabs, des sho­wrooms tech­no­lo­giques et des ter­rasses comme der­nière petite touche sym­pa­toche.

Autour d’Eu­ra­tech, les rives de la Haute-Deûle vont suivre le mou­ve­ment pour accueillir de nou­veaux habi­tants tout en met­tant en avant le canal.

©Vil­le­De­Lille

Métro-boulot-statut quo 

C’est le chan­tier “trans­port” qu’on attend le plus : le dou­ble­ment des rames de métro. La ligne 1 devrait déjà en pro­fi­ter à l’heure qu’il est. Sur­tout que les 27 nou­velles rames “boa” d’Al­stom semblent rea­dy pour l’a­ven­ture. 

© Alstom

Sauf que voi­là, il y a un pro­blème, vous l’au­rez com­pris. Dans les faits, per­sonne n’ar­rive à lan­cer cor­rec­te­ment le nou­veau pilo­tage auto­ma­tique de la ligne 1. On ne va pas vous men­tir, on ne sait pas qui en est le fau­tif. Ce qu’on sait, par contre, c’est que la MEL et Alstom sont en conten­tieux sur ce point. Et qu’on a du mal aujourd’­hui à obte­nir une date sur la mise en ser­vice des fameuses nou­velles rames. Mais bon, on se dit que d’i­ci 5 ans, la brouille sera réglée.