La Maison de la Photo suspend ses expos, faute de moyens

Dans Culturons-nous, Lille, Politique
Scroll par là

Depuis l’an­née der­nière, la Mai­son de la Pho­to­gra­phie de Fives (sur)vit sans sa sub­ven­tion muni­ci­pale. Si elle a réus­si à clô­tu­rer sa sai­son 2018, celle de 2019 n’est pas prête de com­men­cer : son direc­teur attend de savoir si la fameuse sub­ven­tion revien­dra. Ver­dict au pro­chain conseil muni­ci­pal.

En atten­dant que la déci­sion ne tombe, Oli­vier Spille­bout, fon­da­teur et direc­teur de la struc­ture, a donc pré­fé­ré mettre en stand­by sa pro­gram­ma­tion. “On avait en pro­jet des expos de pho­to­graphes danois ou amé­ri­cain, la bourse au talent ou encore celui de mon­ter, pour­quoi pas, un fes­ti­val de street pho­to­gra­phy. Sans comp­ter les Trans­pho­to­gra­phiques 2019″, liste le direc­teur de la Mai­son de la Pho­to.

Mais cette der­nière démarre 2019 comme elle a finit 2018 : dans l’in­cer­ti­tude finan­cière. “Les col­lec­ti­vi­tés telles que la MEL, le dépar­te­ment, la région ou encore la DRAC sont reve­nues cette année, notam­ment pour appor­ter leur sou­tien aux Trans­pho­to­gra­phiques, détaille Oli­vier Spille­bout. Mais sans le retour de la sub­ven­tion muni­ci­pale de fonc­tion­ne­ment , ça reste extrê­me­ment com­pli­qué”.

Car début 2018, et pour la pre­mière fois depuis la fon­da­tion des lieux en 1997, l’as­so­cia­tion fivoise s’est vue refu­ser sa sub­ven­tion annuelle de 130 000€ par la mai­rie.

L’ar­gu­ment prin­ci­pal de la muni­ci­pa­li­té était la “fra­gi­li­té” que mon­trait la Mai­son de la Pho­to et son “bud­get défi­ci­taire”, rap­pelle La Voix du Nord. “Ils expli­quaient ne pas vou­loir mettre de l’argent public dans une struc­ture qui pou­vait fer­mer dans deux mois”, rajoute le direc­teur.

Dans l’op­po­si­tion muni­ci­pale, on pointe sur­tout les “que­relles poli­tiques” entre Mar­tine Aubry et le couple Spille­bout. Tan­dis qu’O­li­vier Spille­bout admet publi­que­ment ne pas être un fan des évé­ne­ments Lille 3000, sa femme Vio­lette Spille­bout, un temps proche de la maire de Lille, s’est depuis peu offi­ciel­le­ment por­tée can­di­date aux pro­chaines muni­ci­pales… pour La Répu­blique en Marche.

Le direc­teur concède que les rela­tions entre la Mai­son de la Pho­to et la mai­rie sont “com­pli­quée depuis 2004. Il y a eu des hauts et des bas mais ça n’a­vait jamais été jus­qu’à prendre la tour­nure que ça a pris l’an der­nier”. Le lieu cultu­rel fivois a tout de même réus­si à pro­gram­mer des expos tout au long de l’an­née der­nière comme “Daho l’aime Pop” ou encore “Ma Terre vue du ciel” de Yann Arthus-Ber­trand. “Sauf qu’on est arri­vé aujourd’­hui aux limites de l’acceptable pour toute l’é­quipe”.

D’où la sus­pen­sion tem­po­raire des expo­si­tions. “On sera à Art Up, sur Inter­net et on conti­nue d’ac­cueillir des évé­ne­ments pri­vés, pré­cise-t-on à la Mai­son. Mais on ne peut plus assu­rer la mise en place et l’ac­cueil de grosses expo­si­tions et du public avant d’en savoir plus sur l’en­ga­ge­ment de nos par­te­naires finan­ciers”.

Concer­nant celui de la ville, la déci­sion doit tom­ber lors du pro­chain conseil muni­ci­pal de février. Si la mai­rie se réen­gage, les expo­si­tions publiques repren­dront. Sinon, Oli­vier Spille­bout envi­sage de conti­nuer à pros­pec­ter d’é­ven­tuels spon­sors “ou d’ou­vrir seule­ment la moi­tié de l’an­née”.

Contac­tée, la mai­rie ne sou­haite pas s’ex­pri­mer sur la ques­tion avant le pro­chain conseil muni­ci­pal.