Une pétition contre la venue de Jean Lassalle sur le campus Moulins

Dans Lille, Politique
Scroll par là

Jean Las­salle, c’est un homme poli­tique à part. Député col­oré, berg­er à ses heures per­dues, chef de son par­ti, et aus­si sous le coup de plusieurs accu­sa­tions de har­cèle­ment sex­uel (sans pour­suites judi­ci­aires). Lorsque l’as­so­ci­a­tion fémin­iste de l’u­ni­ver­sité Olympe se bouge a appris qu’il viendrait don­ner une con­férence (com­plète) le 24 jan­vi­er, elle a réag­it illi­co.

Et c’est sous la forme d’une péti­tion sur change.org que la con­tes­ta­tion est venue. “Olympe Se Bouge, seule asso­ci­a­tion fémin­iste inter­sec­tion­nelle de l’Université de Lille s’oppose formelle­ment à la venue d’une per­son­ne dénon­cée pour faits d’agressions et de har­cèle­ment sex­istes et sex­uels et réclame donc l’annulation de cette con­férence et ce con­join­te­ment avec le syn­di­cat étu­di­ant SUD- sol­idaires étudiant.e.s et avec le sou­tien de BCBG, asso­ci­a­tion fémin­iste LGBT+ de l’IEP de Lille.

Déjà en 2017, le député-berg­er avait dû annuler sa venue à Sci­ences Po Lille pour les mêmes raisons. Les IEP de Rennes et Bor­deaux avaient égale­ment dés­in­vité le per­son­nage. “Cette venue représente une banal­i­sa­tion des vio­lences faites aux femmes et n’encourage pas celles-ci à exiger un traite­ment juste et digne devant le droit, pour­suit Olympe Se Bouge dans son man­i­feste. Accueil­lir un homme assim­i­lant agres­sions et har­cèle­ment à des mal­adress­es par­ticiperait à une invis­i­bil­i­sa­tion sys­té­ma­tique de la parole des femmes.

Pour votre gou­verne, en plein mou­ve­ment #MeToo, trois femmes ayant tra­vail­lé avec Jean Las­salle avaient reporté des com­porte­ments inap­pro­priés : main aux fess­es, ten­ta­tive de bisou dans un ascenseur, pro­pos grivois et lourds… Aucune plainte n’avait été déposée au moment des faits, mais les his­toires avaient fait grand bruit. L’in­téressé s’en est tou­jours défendu.