Be Bop and Lula, la boutique vintage next level

Dans C'est green, Lille

© Tristan Collin

Scroll par là

Si d’aventure vous vous retrou­vez à déam­bu­ler rue Nico­las Leblanc, il est pos­sible que vous ayez croi­sé sans le savoir cette bou­tique dis­crète qui déconne zéro avec le style. On est allé taper un brin de cau­sette avec Rodrigue, le pro­prio au look impec­cable.

Si vous êtes un mini­mum infor­més, vous savez que la décon­som­ma­tion (ache­ter moins de pro­duits neufs, en gros) ça passe par l’achat de vête­ments déjà por­tés. Et en plus, c’est une bonne action pour la pla­nète. Alors pre­nez donc de bonnes réso­lu­tions pen­dant cette période de soldes et allez faire un tour dans les nom­breuses fripes de la métro­pole lil­loise. Chez Be Bop and Lula par exemple.

Ins­tal­lé à Lille depuis bien­tôt 15 ans, Rodrigue a lan­cé Be Bop sur inter­net en 2012. Après pas mal de pré­sences sur des salons (à Bruxelles, Lyon ou Paris notam­ment), il décide d’investir son appart pour y orga­ni­ser des sho­wrooms ponc­tuels et infor­mels. Visi­ble­ment ça a bien mar­ché puis­qu’il est aujourd’hui ins­tal­lé dans son propre espace rue Nico­las Leblanc, dans les anciens locaux du CRIJ (Centre Régio­nal d’Information Jeu­nesse), juste à côté du fraî­che­ment réno­vé, Palais des Beaux Arts.

‘’La culture du vête­ment de seconde main com­mence à se démo­cra­ti­ser en France, contrai­re­ment à la Bel­gique ou les Pays Bas qui ont déjà inté­gré cette culture depuis long­temps, ana­lyse Rodrigue. Aujourd’hui on res­sent une demande beau­coup plus impor­tante qu’avant. Le vin­tage est pas­sé d’une com­mu­nau­té mar­gi­nale à un public très large.’’

Silly Pothead GIF - Find & Share on GIPHY

En dehors de la déco qui, effec­ti­ve­ment, en jette un max ; chez Be Bop and Lula on a pu trou­ver de bien belles pièces à des prix très attrac­tifs et pour tous les goûts. Les vête­ments sont nickels et le mon­sieur est tou­jours pré­sent pour vous aiguiller dans votre recherche du style. En plus c’est les soldes (bis). On dit ça comme ça, hein.

‘’J’aimais beau­coup l’intérieur du lieu qui est char­gé d’histoire, d’un pas­sé un peu luxueux et de venir y vendre des vête­ments de seconde main. Je trou­vais le contraste inté­res­sant.’’

Pas­sion­né de pho­to­gra­phie, Rodrigue prend chaque semaine le par­ti de shoo­ter les vête­ments qu’il met en vente, por­tés par des modèles lil­lois croi­sés dans la rue. Vous pou­vez aller voir ça sur son ins­ta­gram for­te­ment qua­li­ta­tif, on vous le recom­mande.

Même le nom du shop est une réfé­rence vin­tage à l’univers du jazz et ça c’est appré­ciable. On vous laisse là-des­sus.

Pour aller trou­ver son bon­heur vin­tage, la bou­tique est ouverte du mar­di au same­di de 14 heures à 19 heures, au 2 rue Nico­las Leblanc.