EuraTech vous invite à vous rencarder sur la cybersécurité, ce secteur d’avenir

Dans Article Sponsorisé, Geek, Lille

PHOTO ©EURATECHNOLOGIES

Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @EuraTechnologies

C’est le genre de thème qui concerne tout le monde. Mais alors vrai­ment tout le monde : par­ti­cu­liers (on vous a vu dégai­ner votre CB pour vos achats sur inter­net), petites et grandes entre­prises, admi­nis­tra­tions… Logi­que­ment, la cyber­sé­cu­ri­té est donc ce qu’on pour­rait appe­ler un sec­teur d’a­ve­nir. Eur­aTech y consacre une jour­née ouverte au public, le 24 jan­vier.

C’est comme dans la vraie vie : vous ne lais­sez pas votre porte d’en­trée ouverte la nuit”, com­mence Samir Mokra­ni, d’Eu­ra­Tech. Si vous par­ta­gez vos infor­ma­tions avec Google, ça vous regarde. Si vous gérez infor­ma­ti­que­ment les don­nées clients de votre PME, ça vous concerne. Si vous bos­sez dans une admi­nis­tra­tion avec des don­nées confi­den­tielles, ça vous concerne aus­si. Le prin­cipe de la cyber­sé­cu­ri­té est simple : “C’est tout ce qui peut pro­té­ger les infra­struc­tures, les maté­riels infor­ma­tiques et les don­nées des entre­prises et des par­ti­cu­liers”, détaille Samir Mokra­ni.

Autant vous dire qu’il y a du taff à prendre. C’est pour­quoi, en marge du Forum Inter­na­tio­nal de la cyber­sé­cu­ri­té (FIC) qui se tient à Lille Grand Palais les 22 et 23 jan­vier, Eur­aTech orga­nise une jour­née “After FIC” ouverte à tous. “Parce que la cyber­sé­cu­ri­té et la confiance numé­rique sont l’af­faire de tous”, pré­cise Samir.

Des formations, et 6 500 emplois

Deux temps fort ryth­me­ront la jour­née. “Une mati­née visant les entre­prises, pour sen­si­bi­li­ser et mon­trer que cha­cun peut être acteur ou pres­crip­teur de la sécu­ri­té numé­rique de son orga­ni­sa­tion . On a pré­vu des inter­ven­tions sur des cas très pra­tiques.” L’a­près-midi sera des­ti­née aux jeunes qui s’in­té­ressent de près ou de loin à cette filière d’a­ve­nir. “On va pré­sen­ter les for­ma­tions pro­po­sées dans la région : l’Ins­ti­tut Mines Télé­com Lille-Douai, Epi­tech, ou encore l’U­ni­ver­si­té de Lille… Puis il y aura des pitchs métiers.

Des pro­fes­sion­nels vien­dront expli­quer en un temps très court en quoi consiste leur mis­sion dans la cyber­sé­cu­ri­té. Et les métiers sont nom­breux : pen­tes­ter (des gen­tils hackers), data pro­tect offi­cer, juriste, com­mer­cial, gen­darme… “On peut tout à fait joindre la cyber­dé­fence avec le droit, le com­merce, les sciences poli­tiques”, pré­cise Clé­mence Chi­quet, res­pon­sable des pro­jets inter­na­tio­naux chez Eur­aTech. Et bien sûr avec les pro­fils tech­niques, capables de construire un sys­tème qui pro­tège de tout type d’at­taque.

On est dans un sec­teur cri­tique et stra­té­gique qui a de gros besoins en terme de talents .” Et vous n’êtes pas dans la pire région pour vous lan­cer dans la cyber­sé­cu­ri­té. Eur­aTech y a recen­sé quatre-vingt entre­prises en besoin, 25 for­ma­tions, cinq centres de recherche en cyber­sé­cu­ri­té, et pas moins de 6 500 emplois liés au domaine. De quoi faire, donc.

Pour par­ti­ci­per à cette jour­née, matin ou après-midi selon que vous avez une entre­prise ou que vous êtes aspi­rant étu­diant, rien de plus simple : il suf­fit de vous ins­crire en allant sur le site d’Eu­ra­Tech. Tout est abso­lu­ment gra­tuit.

Article spon­so­ri­sé @EuraTechnologies