La ville cherche des volontaires pour tester le compostage à la maison

Dans C'est green, Lille
Scroll par là

Voi­là le topo : aujourd’­hui, réduire signi­fi­ca­ti­ve­ment ses déchets à la mai­son, c’est top, mais ça n’a pas d’in­té­rêt si on est seul à le faire. Du coup, la MEL et la ville de Lille se sont empa­rés du sujet pour aider les gens à com­pos­ter plus faci­le­ment. Une expé­ri­men­ta­tion va démar­rer en février, et vous pou­vez encore can­di­da­ter.

Faci­li­ter le com­pos­tage à la mai­son, c’est donc la der­nière ini­tia­tive de la MEL et de la ville. Dans l’an­née qui vient, 100 foyers lil­lois vont expé­ri­men­ter le com­pos­tage à la mai­son, aidés d’un kit de démar­rage et d’une petite for­ma­tion pour apprendre les bases. C’est assez simple, en fait : les habi­tants de Lille, Lomme et Hel­lemmes peuvent dépo­ser leur can­di­da­ture pour par­ti­ci­per à cette expé­rience. Les condi­tions pour être choi­si : avoir un jar­din, uti­li­ser sa pro­duc­tion de com­post et être sérieux dans la démarche. Voi­là, à part ça, rien de méchant.

Si vous êtes sélec­tion­nés, la ville vous four­ni­ra un bac de com­pos­tage de 400 litres, et de la docu­men­ta­tion pour faire les choses bien. Trans­for­mer ses déchets verts est assez simple, mais il y a quelques sub­ti­li­tés (genre, les peaux d’oi­gnon et de pomme de terre, c’est même pas la peine d’y pen­ser, ça vous fout en l’air tout un com­post). A la fin de l’an­née de test, vous serez ame­nés à don­ner vos résul­tats et impres­sions au ser­vices de la mai­rie. Si tout cela est concluant, la démarche sera éten­due à plus grand nombre.

Vous avez jus­qu’à ce ven­dre­di pour dépo­ser votre can­di­da­ture sur le site de la ville. La dis­tri­bu­tion des kits démar­re­ra le 2 février. Et si vous n’êtes pas sélec­tion­nés mais que vous vou­lez quand même vous mettre au com­pos­tage, il y a 18 bacs col­lec­tifs répar­tis dans toute la ville, et cinq nou­veaux devraient être ins­tal­lés dans l’an­née.