Le Hall’Princess, expulsé rue d’Angleterre, rouvrira ailleurs

Dans Lille, Night Night
Scroll par là

Affaire à rebon­dis­se­ment : en décembre, le Hall’­Prin­cess ferme ses portes après le pas­sage d’une com­mis­sion sécu­ri­té un soir de fête. Ce jeu­di, un huis­sier de jus­tice est venu déli­vrer un avis d’ex­pul­sion aux gérants du lieu. Le Hall’ Prin­cess rue d’An­gle­terre, c’est fini.

On vous la refait rapi­dos : le 6 décembre der­nier, une soi­rée bat son plein au Hall’­Prin­cess, rue d’An­gle­terre. Aler­tée par des man­que­ments, la com­mis­sion sécu­ri­té pré­si­dée par l’ad­joint au maire Jacques Richir débarque, constate que l’en­droit n’est fran­che­ment pas safe pour accueillir du monde, et le lieu est éva­cué et fer­mé dans la nuit.

Pour rou­vrir, le Hall’­Prin­cess devait faire des tra­vaux d’en­ver­gure, ce qui met dans l’embarras ceux qui avaient réser­vé le lieu en décembre et jan­vier, dont beau­coup de BDE. “L’ins­tal­la­tion élec­trique était défec­tueuse, le sous-sol inon­dé par les eaux de cui­sine, il y avait des dizaines de mètres car­rés de tis­sus inflam­mables accro­chés aux murs et aux pla­fonds, raconte Jacques Richir à l’é­poque.(…) Ce qu’on a vu, c’est un cas d’é­cole. Toutes les cases étaient cochées. C’est un total déni de réa­li­té, et de l’in­cons­cience.

Pour Anna, la gérante, les tra­vaux, c’é­tait l’af­faire de quelques semaines. Il y a quelques jours, un post sur Face­book annon­çait même que les tra­vaux ont pris un peu de retard, mais que le bar va vite rou­vrir.

Et voi­là qu’un de nos lec­teurs nous envoie un mes­sage sur Face­book nous annon­çant qu’il a vu des poli­ciers chan­ger les ser­rures du lieu et un huis­sier col­ler des avis d’ex­pul­sion sur la devan­ture, ce jeu­di 24 jan­vier. Du coup, on est allés véri­fier.

Et on a rap­pe­lé les gérants du lieu, qui accusent un peu le coup, vous pen­sez bien. En dif­fi­cul­té depuis des années, la socié­té est en redres­se­ment judi­ciaire avec plan de conti­nua­tion. Dif­fi­cile d’a­voir les infor­ma­tions concer­nant la jus­ti­fi­ca­tion d’une déci­sion aus­si radi­cale, en revanche.

Mais ils ne se laissent pas abattre : sans en dire plus sur la loca­li­sa­tion, ils annoncent d’ores et déjà que le Hall’­Prin­cess rou­vri­ra dans un nou­veau lieu, plus sécu­ri­sé, mieux inso­no­ri­sé, et plus accueillant. D’i­ci deux mois, on en sau­ra plus. Donc on vous en dira plus, du coup.