Loud’Her, l’association féministe qui donne de la voix

Dans Culturons-nous, Lille, Music in my ears

© Tristan Collin

Scroll par là

Faites donc un petit test très rapide : citez une femme com­po­si­trice aus­si célèbre que Mozart ou Bee­tho­ven. Vous n’y arri­vez pas ? Ok, deuxième test : citez une femme musi­cienne ou cheffe d’orchestre connue du grand public. Non plus ? Main­te­nant que vous avez l’idée, on peut ren­trer dans le vif du sujet.

 Créée il y a main­te­nant 1 an, l’association se base sur un constat simple : dans le domaine de la musique, qu’il s’agisse de jouer d’un ins­tru­ment ou des métiers de la tech­nique, les femmes sont peu nom­breuses. Comme les men­ta­li­tés, ça évo­lue aus­si len­te­ment qu’un jour de pluie, il était donc néces­saire pour les fon­da­trices de s’engager par des actions concrètes pour faire bou­ger les lignes.

Si l’on a pu consta­ter l’année der­nière une amé­lio­ra­tion et un vent de chan­ge­ment souf­fler sur l’industrie du ciné­ma, entre autre avec le mou­ve­ment MeToo, le com­bat n’est clai­re­ment tou­jours pas gagné. A titre d’exemple aucune femme n’a été nomi­née pour la meilleure réa­li­sa­tion dans l’édition 2019.

Bref, il reste encore un sacré tra­vail à accom­plir. Après la publi­ca­tion d’un mani­feste par l’association et dif­fu­sé un peu par­tout dans la métro­pole, plu­sieurs pro­jets sont mis en place :

  • La créa­tion d’un annuaire de pro­fes­sion­nelles de la musique pour faci­li­ter la mise en contact des dif­fé­rentes actrices du milieu musi­cal.
  • Des soi­rées Blind Test, un peu par­tout dans les bars de la métro­pole et la région. Une bonne manière de décou­vrir que les femmes musi­ciennes existent, mais on ne les connaît pas. On a encore du bou­lot.
  • Des ren­contres citoyennes pour débattre et échan­ger autour de ce pro­blème de repré­sen­ta­tion. L’apéro-Conférence Ladies in Rap #2 orga­ni­sé au Flow en sep­tembre der­nier inter­ro­geait le sexisme et la dif­fi­cul­té pour les femmes artistes à être consi­dé­rées dans le milieu du rap.

Concer­nant les évè­ne­ments à venir, sachez que Loud’­Her inves­ti­ra la Mai­son Folie Mou­lins ain­si que le Bulle Café du 12 au 14 Juin. Conçu comme un mini fes­ti­val, l’évènement Who’s that Grrrl se décli­ne­ra en plu­sieurs temps forts :

  • Une confé­rence avec d’autres assos euro­péennes comme Girls Go Boom ou MIM pour échan­ger des idées d’actions à mettre en place.
  • Des ate­liers des­ti­nés aux enfants pour expli­quer à vos parents que c’est ok si vous êtes une fille et que votre délire, c’est la bat­te­rie et pas la danse clas­sique.
  • Pour ter­mi­ner, une bonne grosse teuf comme on les aime avec concert d’artistes essen­tiel­le­ment fémi­nines his­toire de mon­trer que les meufs sont par­fai­te­ment capables d’en­voyer du bon son.

Plus d’in­fos sont à venir sur leur page et dans la pro­gram­ma­tion des Mai­sons Folies. Si vous sou­hai­tez rejoindre les rangs de Loud’­Her, sachez que le port d’ovaires n’est pas obli­ga­toire et que toutes les bonnes volon­tés sont les bien­ve­nues pour faire avan­cer les choses.