Loud’Her, l’association féministe qui donne de la voix

Dans Culturons-nous, Lille, Music in my ears

© Tristan Collin

Scroll par là

Faites donc un petit test très rapide : citez une femme compositrice aussi célèbre que Mozart ou Beethoven. Vous n’y arrivez pas ? Ok, deuxième test : citez une femme musicienne ou cheffe d’orchestre connue du grand public. Non plus ? Maintenant que vous avez l’idée, on peut rentrer dans le vif du sujet.

 Créée il y a maintenant 1 an, l’association se base sur un constat simple : dans le domaine de la musique, qu’il s’agisse de jouer d’un instrument ou des métiers de la technique, les femmes sont peu nombreuses. Comme les mentalités, ça évolue aussi lentement qu’un jour de pluie, il était donc nécessaire pour les fondatrices de s’engager par des actions concrètes pour faire bouger les lignes.

Si l’on a pu constater l’année dernière une amélioration et un vent de changement souffler sur l’industrie du cinéma, entre autre avec le mouvement MeToo, le combat n’est clairement toujours pas gagné. A titre d’exemple aucune femme n’a été nominée pour la meilleure réalisation dans l’édition 2019.

Bref, il reste encore un sacré travail à accomplir. Après la publication d’un manifeste par l’association et diffusé un peu partout dans la métropole, plusieurs projets sont mis en place :

  • La création d’un annuaire de professionnelles de la musique pour faciliter la mise en contact des différentes actrices du milieu musical.
  • Des soirées Blind Test, un peu partout dans les bars de la métropole et la région. Une bonne manière de découvrir que les femmes musiciennes existent, mais on ne les connaît pas. On a encore du boulot.
  • Des rencontres citoyennes pour débattre et échanger autour de ce problème de représentation. L’apéro-Conférence Ladies in Rap #2 organisé au Flow en septembre dernier interrogeait le sexisme et la difficulté pour les femmes artistes à être considérées dans le milieu du rap.

Concernant les évènements à venir, sachez que Loud’Her investira la Maison Folie Moulins ainsi que le Bulle Café du 12 au 14 Juin. Conçu comme un mini festival, l’évènement Who’s that Grrrl se déclinera en plusieurs temps forts :

  • Une conférence avec d’autres assos européennes comme Girls Go Boom ou MIM pour échanger des idées d’actions à mettre en place.
  • Des ateliers destinés aux enfants pour expliquer à vos parents que c’est ok si vous êtes une fille et que votre délire, c’est la batterie et pas la danse classique.
  • Pour terminer, une bonne grosse teuf comme on les aime avec concert d’artistes essentiellement féminines histoire de montrer que les meufs sont parfaitement capables d’envoyer du bon son.

Plus d’infos sont à venir sur leur page et dans la programmation des Maisons Folies. Si vous souhaitez rejoindre les rangs de Loud’Her, sachez que le port d’ovaires n’est pas obligatoire et que toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour faire avancer les choses.