Le Laboratoire de la Nature, la nouvelle expo du Fresnoy qui mêle art et sciences

Dans Culturons-nous

©Fresnoy

Scroll par là

Entre l’art et les sciences votre cœur balance ? Alors la nou­velle expo du Fres­noy est faite pour vous. Le stu­dio natio­nal des arts contem­po­rains de Tour­coing récon­ci­lie jus­te­ment science et culture dans un par­cours artis­tique aty­pique. Du 1er février au 21 avril, pous­sez les portes du Labo­ra­toire de la Nature.

L’exposition, conçue comme un hom­mage à William Hen­ry Fox Tal­bot, mêle ins­tal­la­tions inédites, films et sur­tout pho­to­gra­phies. Si son nom ne vous dit rien, pas de panique on vous résume l’idée : homme de science, il invente au XIXe siècle le des­sin pho­to­gé­nique – l’ancêtre de la pho­to argen­tique, ce n’est pas rien donc.

Le Labo­ra­toire de la Nature, c’est une mul­ti­tude d’œuvres qui croisent inven­tions scien­ti­fiques et créa­tions artis­tiques. Pre­mière étape du par­cours : voya­ger dans le temps, en immer­sion dans la toute pre­mière expo­si­tion de William Hen­ry Fox Tal­bot en 1839, recons­ti­tuée par l’artiste anglais Mat Col­li­shaw. “C’est une expé­rience à la fois visuelle et sen­so­rielle où le visi­teur est plon­gé dans l’époque de la révo­lu­tion indus­trielle”, explique Sarah Fraile, char­gée de com­mu­ni­ca­tion du Fres­noy.

Mais au cœur de cette expo hors du temps, une ques­tion très actuelle : la rela­tion de l’Homme avec la Nature. Dans ce labo­ra­toire, vous trou­ve­rez des pièces jamais expo­sées du Musée d’Histoire Natu­relle de Lille. Des oiseaux, des insectes ou des ani­maux  qui par­tagent un point com­mun : avoir peu­plé la région par le pas­sé (le ter­ter tavu). Les orga­ni­sa­teurs de l’événement espèrent une prise de conscience de la part du public ana­lyse Sarah Fraile : “Notre fil conduc­teur c’est la révé­la­tion du dis­pa­ru et mon­trer l’impact par­fois néga­tif de l’Homme sur la Nature”.

En guise d’électrochoc, plon­gez dans l’œuvre de l’artiste amé­ri­cain Mark Dion, une pénombre inquié­tante peu­plée d’oiseaux fluo­res­cents, fan­tômes des vola­tiles dis­pa­rus ou en voie de dis­pa­ri­tion. Pour les plus cli­ma­to-scep­tiques d’entre vous, l’artiste suisse Anna-Katha­ri­na Schei­de­gerre expose à tra­vers une série de pho­to­gra­phies, la fonte des glaces cau­sée par la pol­lu­tion humaine. Une expo qui fait réflé­chir.

Mark Dion, The Lodge of Breath­less Bird, 2016

Et atten­tion, scoop ! Dans la conti­nui­té du Labo­ra­toire de la Nature, le Fres­noy sou­haite accueillir, en plus des artistes asso­ciés au stu­dio, des scien­ti­fiques de tous les hori­zons. Le stu­dio, par ce pro­jet, veut d’après Sarah Fraile, “décloi­son­ner les dis­ci­plines” afin que “les artistes et les scien­ti­fiques réflé­chissent ensemble”. A sur­veiller de près, donc.

“Le Labo­ra­toire de la Nature”, c’est du 1er Février au 21 avril, du mer­cre­di au dimanche de 14 heures à 19 heures. On vous file le plan pour aller au Fres­noy et les prix : plein tarif c’est 4€ et pour le réduit, 3€.