Venez faire escale en Roumanie avec le festival de PankulturA

Dans Culturons-nous, Festival, Lille

©PankulturA

Scroll par là

Qua­torze étu­diants, membres de l’IAE et de Pan­kul­tu­rA, orga­nisent la 22e édi­tion de leur fes­ti­val. Si celui de l’an­née der­nière sur Israël a été annu­lé, l’as­so cultu­relle revient en 2019 avec la décou­verte d’un pays d’Eu­rope du Sud-Est, la Rou­ma­nie, du 5 au 9 février.

Cette année encore, Pan­kul­tu­rA, bien aidée par l’as­so Prin­temps Rou­main, vous pro­pose une immer­sion dépay­sante par le biais de la danse, du ciné­ma, de la musique mais aus­si de la gas­tro­no­mie. Leur but : “Démo­cra­ti­ser la culture”, explique Agathe qui s’oc­cupe du pôle évé­ne­men­tiel dans la team Pan­ku. On vous liste tout ce que vous allez pou­voir décou­vrir sans bou­ger de Lille.

Confé­rence “Rou­ma­nie, the place to “Busi­ness” à Lil­liad

Le fes­ti­val s’ouvre le 5 février à Lil­liad de Vil­le­neuve d’Ascq par une confé­rence gra­tuite de Mihai Cal­ciu, maître de confé­rence et pro­fes­seur de mar­ke­ting à l’IAE. La thé­ma­tique ? Le busi­ness en Rou­ma­nie et ce sera à par­tir de 18h30. Tout en siro­tant tran­quille­ment un petit cock­tail offert, vous pour­rez ensuite vous impré­gnier dans l’en­trée de Lil­liad des beaux pay­sages rou­mains grâce à une expo pho­tos. Les qua­torze cli­chés sont signés Lucia­no Cut­tu­lé et Georges Bufan. Des pein­tures abs­traites du talen­tueux et pré­coce, Andrei Pen­na­zio, qui vien­dra spé­cia­le­ment de Rou­ma­nie pour le fes­ti­val, seront expo­sées. Pour finir en beau­té la soi­rée, une petite dégus­ta­tion gra­tuite de vins rou­mains venus tout droit du res­tau­rant pari­sien Doï­na.

Ça se pas­se­ra donc dans l’am­phi 8 de Lil­liad sur le cam­pus Cité Scien­ti­fique. Ça com­men­ce­ra à 18h30 et c’est gra­tuit mais il faut quand même réser­ver sa place en com­plé­tant ce for­mu­laire. Et là, c’est le lien vers l’event Face­book tou­jours pra­tique.

Tous au ciné

Pour le troi­sième jour du fes­ti­val, le 7 février, la pro­jec­tion du film “Bac­ca­lau­réat”, réa­li­sé par Cris­tian Mun­giu, lau­réat de la Palme d’or en 2007, aura lieu au Métro­pole à 21 heures. L’as­so conseille de prendre ses places en ligne direc­te­ment sur le site du cinoche et offre le tarif réduit à 7€ à tout le monde.

Et pour ceux qui ne savent pas où se trouve le Métro­pole, pas de panique, c’est au 26 rue des ponts de Comines, à Lille. Et voi­là le lien vers l’event Face­book.

Dan­ser la Hora

Si vos pas de danse ne sont pas encore au point, pas de pro­blème. Après le cours de danse tra­di­tion­nelle rou­maine tota­le­ment gra­tuit qui aura lieu le ven­dre­di 8 février après-midi à l’IAE, vous allez pou­voir enfin vous expri­mer avec grâce en boîte de nuit. Atten­tion le nombre de place est limi­té à 25. Mieux vaut donc réser­ver sa place fis­sa en rem­plis­sant ce for­mu­laire.

Cours de cui­sine rou­maine

Sous la hou­lette Clau­dia Melinte, cette ini­tia­tion culi­naire est l’oc­ca­sion de décou­vrir des plats typiques comme les sar­males ou encore les entor­tillés mol­daves qui ont été choi­sis par Andréa, une étu­diante Eras­mus rou­maine de l’IAE. Petit extra, une dégus­ta­tion de tui­ca.

Ça se passe le same­di 9 février au FEU de Lille (20 rue détournée)et deux cré­neaux sont dis­pos : se 9h30 à 12h et de 14h à 16h30. La réser­va­tion est gra­tuite mais obli­ga­toire et ça se passe sur Hel­loAs­so. Un conseil, n’ou­bliez pas vos tup­per­wares.

Les sar­males sont un mets tra­di­tion­nels rou­mains et mol­daves.

Buca­rest’ vibes

Après cette riche prog’, il va fal­loir dire au revoir à la Rou­ma­nie. Mais pas sans bou­ger son body. Pour la soi­rée de clô­ture, après avoir tes­té vos talents de cui­si­nier, Pan­kul­tu­rA vous fait décou­vrir la fameuse mini­male made in Rou­ma­nie. Oui, la scène musi­cale rou­maine ne se limite pas à O‑Zone, loin de là. Le same­di 9 février, deux DJ vous le prou­ve­ront : DJ Lucia­no et DJ Sha­krix. Ils seront au Joy’s Bar dans une ambiance très under­ground.

Ren­dez-vous le same­di 9 février de 20 heures à 2 heures au Joy’s Bar, au 33 rue Saint-André. L’en­trée est gra­tuite et voi­là l’event Face­book.