Un artiste mondialement connu pour réaliser l’œuvre devant la gare Lille-Flandres

Dans Ch'est bieau, Culturons-nous, Lille
Scroll par là

La ville décide de refaire le quar­tier des gares, et un matin, les Lil­lois se réveillent et découvrent que la fon­taine devant Lille-Flandres a dis­pa­ru. A la place ? Des arceaux à vélo. Bien­tôt, il y aura aus­si une grande sculp­ture, faite par un grand nom de l’art contem­po­rain.

C’est un genre de rituel. Quand un quar­tier, une place, un lieu dans la ville se trans­forme, une œuvre d’art suit. C’est comme ça que les Lil­lois ont eu droit aux Tulipes de Shan­gri-La, place Fran­çois-Mit­ter­rand, à la Demoi­selle de Fives sur la place Degey­ter, ou encore au Peuple René à Saint-So. Pour le par­vis de la gare Lille-Flandres, il ne devait pas en être autre­ment. Mar­tine Aubry était res­tée cryp­tique sur la nature et l’au­teur de l’oeuvre qui serait com­man­dée pour l’oc­ca­sion.

Depuis le der­nier conseil muni­ci­pal, ven­dre­di, on peut déjà dire qui la réa­li­se­ra. L’ar­tiste Xavier Veil­han, lyon­nais d’o­ri­gine, mon­dia­le­ment connu pour ses sculp­tures proches de l’o­ri­ga­mi, se char­ge­ra donc d’i­ma­gi­ner une œuvre qui res­semble à Lille. Il avait déjà tra­vaillé pour les villes de Lyon et de Bor­deaux, en France, et est habi­tué des ins­tal­la­tions en exté­rieur, et en taille XXL. Si vous aviez fait un tour à la Condi­tion Publique l’an­née der­nière, vous étiez peut être pas­sé par sa “Grotte”, une ins­tal­la­tion grosse comme une mai­son pré­sente pour l’ex­po­si­tion Habi­ta­rium.

On vou­lait un artiste qui puisse nous pro­po­ser une œuvre qui dans le fond serait le sym­bole contem­po­rain de la ville”, argue Mar­tine Aubry, sans ajou­ter de détail sur la nature de la sculp­ture en elle-même. “Vous ne ver­rez pas l’œuvre aujourd’­hui, on attend la ver­sion finale.” Et pour ce qui est du délai de livrai­son ? Comp­tez sur le der­nier tri­mestre de l’an­née, juste avant l’i­nau­gu­ra­tion de Lille Capi­tale Mon­diale du Desi­gn. Tiens donc.