Enquête publique de la Friche Saint-So : comment ça marche ?

Dans Dans la rue, Lille, Politique
Scroll par là

Ce 22 févier marque le top départ de l’en­quête publique com­plé­men­taire du pro­jet de réamé­na­ge­ment de la friche Saint-So. Elle doit durer jus­qu’au 8 mars et informe les Lil­lois qui ont ensuite la pos­si­bi­li­té de s’ex­pri­mer sur le sujet. On vous explique com­ment.

Ce que chez Vozer on appelle la série “Friche Saint-So Pro­ject” est sur le point d’en­ta­mer sa nou­velle sai­son. Pour vous faire un bref récap’ des épi­sodes pré­cé­dents :

  • l’an­cienne gare de mar­chan­dise Saint-Sau­veur est lais­sée en friche depuis sa fer­me­ture en 2003.
  • la mai­rie de Lille veut la dépol­luer et en faire un quar­tier rési­den­tiel avec un nou­veau parc.
  • la Métro­pole Euro­péenne de Lille veut en pro­fi­ter pour y construire une nou­velle pis­cine olym­pique pour rem­pla­cer celle de Marx Dor­moy.
  • des assos montent au cré­neau et demandent une plus grande place à la nature dans le pro­jet.
  • des modi­fi­ca­tions sont appor­tées au pro­jet ini­tial après concer­ta­tion, une pre­mière enquête publique est lan­cée au prin­temps 2018 mais la contes­ta­tion per­dure.
  • fina­le­ment, le feu vert est don­né par la MEL en juin pour le démar­rage des dif­fé­rents pro­jets : le parc de la val­lée, le gym­nase et les pre­miers loge­ments.
  • deux assos font appel auprès du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Lille après la déci­sion de la MEL.
  • en octobre 2018, le juge des réfé­rés sus­pend le pro­jet deman­dant plus d’in­for­ma­tions sur l’im­pact du réamé­na­ge­ment sur la qua­li­té de l’air et sur celui de la pis­cine qui n’é­tait pas encore connu.
  • du 22 février au 8 mars, un com­plé­ment d’en­quête publique est lan­cé par la ville pour, jus­te­ment, appor­ter ces nou­velles déci­sions.

S’informer

Voi­là où on est. A par­tir de ce ven­dre­di, que vous soyez pour ou contre, chaque Lil­lois peut donc aller consul­ter en mai­rie ou au siège de la MEL le (très lourd) dos­sier de pré­sen­ta­tion du pro­jet. Mais il est aus­si consul­table en ligne juste ici.

Ou se pro­me­ner le long de la friche où plu­sieurs pan­cartes créées par la muni­ci­pa­li­té sont “expo­sées” pour rap­pe­ler la genèse du pro­jet, mon­trer les pre­mières ébauches de ce que pour­ra rendre le quar­tier, et, of course, appor­ter les nou­velles infos deman­dées par le juge des réfé­rés en octobre.

Selon la mai­rie, elle doit éga­le­ment répondre aux quatre attaques prin­ci­pales des oppo­sants au pro­jet, à savoir :

  • Saint-So est, et doit res­ter un espace vert.
  • le pro­jet aggra­ve­ra la qua­li­té de l’air en ville.
  • le pro­jet n’est pas d’in­té­rêt géné­ral.
  • la pis­cine olym­pique sera un gouffre éner­gé­tique et la ville n’en a pas besoin.

Ce qu’on veut, c’est infor­mer mais aus­si ras­su­rer les Lil­lois, a expli­qué ven­dre­di der­nier Sta­nis­las Den­die­viel, conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’ur­ba­nisme, en confé­rence de presse. Ce com­plé­ment d’en­quête et cette expo sont aus­si là pour décons­truire ces contre-véri­tés”.

On vous laisse vous for­ger votre propre véri­té après avoir vu l’ex­po.

S’exprimer

C’est bon, vous êtes incol­lable sur les îlots nor­diques et sur le reste du pro­jet ? OK. Pour cer­tains, cela suf­fi­ra. Pour d’autres, il y aura encore peut-être cer­taines ques­tions, voire incom­pré­hen­sions. Vous pour­rez lever ces doutes en dis­cu­tant avec le com­mis­saire enquê­teur dési­gné par le trib’, Michel-Ange Mou­quet, qui tien­dra trois per­ma­nences

  • le ven­dre­di 22 février de 14 heures à 17 heures à la mai­rie de Lille.
  • le mer­cre­di 27 février de 9 heures à midi à la mai­rie de Lille.
  • le ven­dre­di 8 mars de 9 heures à midi à la MEL.

D’autres encore, auront envie de s’ex­pri­mer sur le sujet (que ce soit en mode “This is ama­zing” ou “This ? Never !”).

Pour ça, il y plu­sieurs moyens :

  • en fai­sant ses remarques en ligne sur le site du registre.
  • en envoyant un mail à cette adresse : saint-sauveur-lille@mail.registre-numerique.fr.

Et après ?

A la fin de l’en­quête, le 8 mars, le com­mis­saire enquê­teur ren­dra son rap­port (consul­table en ligne) et la MEL devra s’ap­puyer des­sus pour de nou­veau sta­tuer sur l’in­té­rêt géné­ral du “Friche Saint-So Pro­ject”.

A la mai­rie de Lille, on espère un nou­veau feu vert avant l’é­té pour démar­rer les tra­vaux dès cet automne.