La P’tite Poutine déboule bientôt rue Basse

Dans Food Porn, Lille
Scroll par là

La poutinerie n’est jamais finie. La rue Basse connaitra fin mars l’ouverture de La P’tite Poutine. Au menu, différentes recettes de poutine et plein de produits 100% québécois directement importés de “La belle province”. Ha au fait, pour les premiers clients, il y aura un voyage à Montréal à gagner. C’est ce qui s’appelle régaler.  

La P’tite Poutine, c’es le bébé de Clément. Le jeune homme est revenu du Québéc où il vécut deux ans, avec, dans ses valises tout l’amour qu’il porte à ce petit coin du globe. Il s’est dit “je ne vais pas revenir sans rien“, d’où sa volonté d’ouvrir un restau de poutine à Lille avec la volonté de “pousser le concept à fond, pas simplement surfer sur la vague”.

Clément souhaite que ses clients connaissent ce qu’il a ressenti à l’étranger. Il met les moyens pour ça. En fait, la P’tite Poutine, ça ne sera pas juste un restau, mais carrément un chalet de deux étages digne des forêts canadiennes. Du parquet partout au sol, des grandes tables en chêne massif, des tableaux végétaux aux murs, et les chaînes d’info en continu québécoises. L’immersion s’annonce totale, sur fond de musique funk bien chill, pour plus de détente. Dans le salon à l’étage où “on mange à côté des autres” sur la grande table, un poêle électrique crépitera dans un coin.

Quatre formules de qualités

Vous l’aurez compris, l’ambiance québécoise devrait être recréée avec force fidélité. Quid de la bouffe ? Là aussi, ça promet. Quatre formules de poutine, à base de frites fraîches et de sauce brune maison. Et surtout, du vrai fromage à poutine. Le fameux “skouik-skouik”, en référence au bruit qu’il peut faire quand on le mastique. L’air de rien, c’est une petite prouesse de proposer ce fromage en France. Clément nous dit être le premier à avoir réussi à en faire importer pour un usage commercial. Tout ce qui n’est pas importé est issu du circuit court, dans “un rayon de deux heures autour de Lille“.

Les poutines couteront de sept à onze euros. Comptez deux à quatre euros en plus pour une boisson. Le Québéc sera aussi dans les boissons, en dehors de l’eau, les sodas, bières et cidres traverseront l’Atlantique avant d’atterrir dans nos gosiers.

La P’tite Poutine version épicerie

Que vous soyez fans de la culture québécoise ou simplement curieux, vous pourrez ne pas repartir les mains vides. La P’tite Poutine, ce sera aussi une épicerie. “Je connais tous mes produits, je sais d’où ils viennent“. C’est Clément qui valide tout, avec la même exigence qu’en cuisine.

De l’érable décliné en sirop, beurre, bonbons et pop-corn, des confitures de baies et de fleures locales ou encore du cidre et des vins, tout ça produit par des petits producteurs locaux. “C’est des passionnés“, pour Clément, “faut faire les choses bien pour eux car ils l’ont fait bien pour nous“. Ils auront droit à leurs petites photos encadrées et accrochées au mur.

Voyage voyage

Faire kiffer les gens” c’est pas compliqué. Suffit de leur offrir un aller-retour pour deux à Montréal fin août. Une petite semaine, logement compris, à gagner. Comment participer ? C’est simple: dans les jours suivants l’ouverture fin mars, il suffira de commander une poutine et d’être tiré au sort. On vous souhaite bonne chance, et bon appétit bien sûr.

La P’tite Poutine ouvrira ses portes aux alentours du 28 mars. Ça se passera au 61 rue basse. Pour ne rien rater, un petit j’aime sur leur page Facebook ne vous fera pas le moindre mal.