Le Kokâlan, nouveau spot du Vieux-Lille qui combine famille et chill

Dans Bière, Food Porn, Lille
Scroll par là

Depuis jeudi soir, il y a un nouveau spot où boire des godets rue Royale : le Kokâlan (à prononcer comme l’expression “passer du coq à l’âne”). Parfait pour aller manger un bout le midi ou rejoindre ses potes le soir. Vous pouvez y amener vos parents de passage à Lille. Si, si, ils vont adorer.

Ils vont adorer parce que le Kokâlan est à l’image de ceux qui viennent de l’ouvrir : accueillant, chaleureux, festif et familial. Pour le dernier, on ne peut pas être plus dans le vrai. Parce que derrière le bar, vous retrouvez Sonia, 50 ans, son mari Alain, 52, et Alexandre, 22 ans, le fiston. Ouep, on est sur une vraie entreprise familiale pour le coup chez les Popieul.

The Popieul Family

Ouvrir un bar avec ses parents, pour certains ce serait juste “Euh… No way !”. Pour Alexandre, étudiant à l’Iscom, c’est d’un naturel assez déconcertant. “Je suis fils unique, donc logiquement je traînais pas mal avec mes parents et leurs amis étant enfant. Sauf que les miens sont finalement assez fêtards et ont toujours eu des potes de plein d’horizons différents et qui pouvaient avoir de 18 à 70 ans. J’ai fini par faire pareil et je peux finalement aller faire la fête avec mes parents sans problème“.

Rêve de jeunesse

Et le rêve de Sonia et Alain depuis des décennies, c’était d’ouvrir leur propre bar. “Ils tenaient celui du camping d’un parent quand ils avaient la vingtaine et n’en ont jamais démordu depuis : ils sont faits pour ça“, raconte Alexandre

Du coup, après avoir travaillé plus de vingt ans dans d’autres domaines, ils ont passé le pas en 2019. C’est au 37 rue Royale que la famille a trouvé son bonheur, dans les anciens locaux du bistrot gastro La Royale. Après une petite phase de travaux et de déco, voilà les Popieul prêts à accueillir tout le monde, que ce soit pour un afterwork posé avec les potes ou les collègues pour relâcher la pression (ils en ont six au bar). Ou pour déguster le K, the cocktail signature de la maison à base de manzana et de KasOu pour fêter son anniv’ à l’étage qui est réservable. Ou venir y chiller pendant sa pause déj’ le midi.

Petit étage qu’on peut privatiser.

Car comme on passe du coq à l’âne, on passe du bar à la brasserie ici. A partir du 15 mars, on pourra y manger de bons petits plats cuisinés le midi par Sonia et Alain à partir de produits locaux et bio de préférence. “On voudrait aussi proposer des huîtres, des escargots, de la charcut’ ou encore du fromage en mode planches pour que tout le monde trouve son bonheur“, détaille Alexandre.

Dans l’aventure, ils sont épaulés par Emilie et Chloé et vont pouvoir accueillir gosiers déshydratés et ventres affamés du lundi soir au samedi soir. Pour l’instant, on part juste sur le soir, à partir de 17 heures. Mais à partir du 15 mars (comme on vous le disait juste au-dessus), vous pourrez passer la porte du Kokâlan dès 11 heures.