Quand la famille Motte ressuscite la bière Motte-Cordonnier

Dans Bière, Lille

Photo ©Patrick James // La Voix du Nord

Scroll par là

Si vous vivez dans le Nord, vous avez déjà vu de vieux murs sur les­quels étaient peints des réclames pour la bière Motte-Cor­don­nier. La bras­se­rie, l’une des plus impor­tantes du Nord pen­dant des décen­nies, a fer­mé en 1993. Mais les des­cen­dants Motte vont lui redon­ner vie.

Un peu d’his­toire pour com­men­cer. Le long de la Lys, à Armen­tières, depuis 1650, il y a tou­jours eu une bras­se­rie. L’im­po­sant bâti­ment qui est tou­jours là aujourd’­hui a été construit en 1920 à la demande de René Motte. La bras­se­rie a pros­pé­ré tout le siècle der­nier, avant de fer­mer ses portes en 1993.

Et aujourd’­hui, quinze membres de la famille Motte tra­vaillent sur sa réou­ver­ture. “Je fais par­tie de la 10e géné­ra­tion, se pré­sente Hen­ry Motte. La bras­se­rie his­to­rique appar­te­nait à mon grand-père. Et quand il est mort l’é­té der­nier, l’i­dée de relan­cer une bière Motte-Cor­don­nier a ger­mé dans les esprits de la famille.” Elle a si bien ger­mé que la famille crée la socié­té, et la bière dans la fou­lée.

C’est une blonde à 6° à laquelle on a ajou­té un peu plus d’a­mer­tume que les bières tra­di­tion­nelles.” Pour le moment, elle est bras­sée à Saint-Syl­vestre-Cap­pel. “On n’est pas des bras­seurs, mais on essaie de le rede­ve­nir”, com­mente Hen­ry. Enten­dez que la bière Motte-Cor­don­nier sera, un jour, rebras­sée par des Motte.

Le rêve, ce serait de recréer une vraie bras­se­rie à Armen­tières, sur le site de l’an­cienne.” Les murs de l’im­po­sante bras­se­rie armen­tiè­roise sont tou­jours debout, appar­tiennent à un gorupe belge, et vont être réha­bi­li­tés dans le cadre d’un grand pro­jet immo­bi­lier qui com­prend loge­ments, bureaux et parc de loi­sirs (sport, ani­ma­tion et détente). Peut-être les Motte par­vien­dront-ils à s’y faire une place.

Et encore fau­dra-t-il que des volon­taires apprennent à… faire de la bière. “On a tous envie de bras­ser, assure Hen­ry. J’ai un petit frère qui a déjà bos­sé dans le monde de la bière, et j’ai pas mal de cou­sins qui veulent apprendre.

En atten­dant, la famille Motte pré­sen­te­ra leur pre­mière bière le 5 avril à Armen­tières. “On la trou­ve­ra ensuite chez tous les cavistes, dans les com­merces spé­cia­li­sés”, ajoute Hen­ry. Quant au nom de cette bière res­sus­ci­tée, il pré­fère le gar­der secret.

La bière Motte-Cor­don­nier a un site inter­net, une page Face­book, et un Ins­ta.