Vous n’y bitez rien aux Européennes ? On vous explique tout

Dans Lille, Politique
Scroll par là

Ça arrive vite, mine de rien. Cette année, les 512 millions de citoyens européens vont être appelés à voter pour les députés du parlement européen. Comme c’est toujours un merdier, on s’est dit qu’un petit tuto “élections européennes” ne ferait de mal à personne.

Commençons par le début : l’Union Européenne regroupe donc 27 Etats membres (Brexit oblige). L’une de ses principales instances de décision est le Parlement Européen : 705 eurodéputés, de tous les pays membres, qui prennent des décisions qui sont ensuite appliquées partout (genre sur l’écologie, l’éducation, le droit d’auteur, l’économie…).

Le truc, voyez-vous, c’est que comme tout le monde est en démocratie, en Europe, il faut que les peuples votent pour ces eurodéputés. C’est là que ça se complique bien comme il faut. Mais rien d’insurmontable.

Un tour, à la proportionnelle

Entre les 23 et les 26 mai prochains, tous les pays membres vont donc organiser des élections. En France, ça va se passer le dimanche 26 mai. Le nombre de sièges par pays est attribué en fonction de sa démographie. Comme on est relativement nombreux en France, on va donc avoir droit à 79 députés, ce qui n’est pas mal. Et ces députés seront élus à la proportionnelle, pour que tout le monde soit représenté : ceux qui obtiennent plus de 5% des suffrages obtiennent un nombre de sièges proportionnel au nombre de voix.

Lire aussi :
Européennes : vous avez jusqu’au 31 mars pour vous inscrire sur les listes électorales

Groupes européens

Si vous suivez un peu l’actu, vous voyez peut-être les partis français annoncer leur liste pour les Européennes. C’est le cas pour à peu près toutes les formations politiques. Normalement, ce sont des formations qui sont familières à tout le monde (PS, EELV, RN, LR, LREM, UDI, PCF, FI, ou encore quelques listes émanant des gilets jaunes). Mais sachez que s’ils sont élus, ces députés rejoindront l’un des quelques groupes politiques transnationaux officiels du Parlement Européen. Exemple : les eurodéputés France Insoumise rejoindront, si élus, le groupe Gauche unitaire Européenne, tandis que les élus LR rejoindront le groupe du Parti Populaire Européen, au côté d’eurodéputés de même obédience politique, mais de pays différents. Ça va, vous suivez ?

Un seul tour, donc faut pas se louper

Oui, comme on est sur un système à la proportionnelle, un tour suffit pour trouver ses 79 eurodéputés. Mais ça ne permet pas d’hésiter. Du coup, mieux vaut faire parler son cœur dès le début. On va se permettre de vous rafraîchir la mémoire pour avoir un peu de recul et une meilleure compréhension de l’importance de ce vote : lors des dernières élections en 2014, le Front National / Rassemblement Bleu Marine était arrivé en tête en France, avec presque 25% des voix. Il était suivi de l’UMP (20.8%), du PS (13.98%) et de l’UDI (9.94%).

Donc, pour résumer

Le 26 mai prochain, quand vous serez dans l’isoloir, vous voterez pour une liste française qui, si elle fait plus de 5% des suffrages, aura des sièges au Parlement au sein d’un groupe transnational qui regroupe les partis de même couleur mais de pays différents. Et tous ces braves gens, dans les cinq ans qui suivront, voteront les directives et règlements européens qui s’appliqueront ensuite partout dans le secteur.

Bon, voilà. Et si vous n’êtes pas inscrits sur la bonne liste électorale, vous avez jusqu’au 31 mars pour le faire. Il suffit de se rendre en mairie avec un pièce d’identité et un justificatif de domicile.