Projet Saint-So : le rapport de la deuxième enquête publique est sorti

Dans Dans la rue, Lille, Politique

© SPL euralille

Scroll par là

Le com­mis­saire-enquê­teur vient de ren­dre son rap­port après la dernière enquête publique sur le pro­jet de la friche Saint-Sauveur. Comme pour la pre­mière, l’avis final est favor­able mais il y a encore une réserve : la piscine olympique.

La con­clu­sion du com­mis­saire enquê­teur est à con­sul­ter juste ici pour ceux qui souhait­eraient ne rien man­quer. Elle fait 40 pages donc on va sim­ple­ment vous don­ner les points à retenir.

  • Il y a eu beau­coup d’avis

Pen­dant deux semaines, entre le 22 févri­er et le 8 mars, les Lil­lois étaient invités à s’in­former et don­ner leur avis sur le con­tro­ver­sé pro­jet de la Friche Saint Sauveur. Bilan : une très grosse par­tic­i­pa­tion puisqu’il y a eu 1 100 con­tri­bu­tions enreg­istrées (et c’est beau­coup). Plus de 60% étaient con­tre le pro­jet et un peu plus de 24% étaient pour.

Pour rap­pel, voilà le plan du pro­jet.
  • Slow down

Dès le début du rap­port, on sent bien que le com­mis­saire-enquê­teur ne remet pas en cause le pro­jet dans sa glob­al­ité mais que ce com­plé­ment d’en­quête publique n’est pas un mal. Selon lui, il y a eu un manque d’in­for­ma­tions au pub­lic sur la suite du pro­jet depuis la dernière enquête. Surtout que les pre­mières réserves émis­es n’ont pas été lev­ées et que la MEL a voté l’in­térêt général du pro­jet moins d’un mois après la remise du pre­mier rap­port d’en­quête.

Bref, le com­mis­saire-enquê­teur com­prend que les maîtres d’ou­vrage aient envie de com­mencer les travaux le plus vite pos­si­ble mais les inci­tent “à ne pas « brûler les étapes », notam­ment au niveau de l’information en temps réel du pub­lic et de la mise en oeu­vre des mesures com­pen­satoires aux atteintes envi­ron­nemen­tales du pro­jet”.

  • Mieux vaut un pro­jet qu’une friche

“Il sem­ble plus judi­cieux de con­stru­ire sur une anci­enne friche fer­rovi­aire en ville que sur des ter­res agri­coles en périphérie”, note le com­mis­saire enquê­teur. Il ne dit pas que le pro­jet de la ville est idyllique mais il présente selon lui plus d’a­van­tages que d’in­con­vénients. D’où son avis favor­able en con­clu­sion.

  • Piscine et pol­lu­tion : les gros points noirs

Il y a tout de même une réserve et quelques recom­man­da­tions. La pol­lu­tion de l’air et la nou­velle piscine voulue par la MEL sont claire­ment les deux prin­ci­pales préoc­cu­pa­tions des Lil­lois mais aus­si du com­mis­saire-enquê­teur. Cette enquête publique devait d’ailleurs apporter de nou­velles infos et études sur le sujet.

Pour ce qui est de la pol­lu­tion, ce n’est pas un scoop : Lille n’a pas la meilleure qual­ité de l’air du monde. Un nou­veau quarti­er, aus­si pié­ton­nier soit-il, est un risque d’ag­gra­va­tion du phénomène. Pour le com­mis­saire enquê­teur le prob­lème ne se résoudra pas en aban­don­nant le pro­jet mais en agis­sant de manière beau­coup plus glob­ale au niveau de la ville et de sa métro­pole. Il évoque par exem­ple la gra­tu­ité des trans­ports en com­mun, plus de park­ing relais, un con­tourne­ment de Lille en reliant l’A1 à l’A25 ou encore une nou­velle sta­tion de métro entre Grand Palais et Porte de Valen­ci­ennes.

Pour ce qui est de la piscine de la MEL sur le Belvédère, c’est tou­jours com­pliqué. OK, le pro­jet n’est pas dénué d’in­térêt selon le rap­port, mais le com­mis­saire enquê­teur serait ras­suré d’avoir l’avis de l’Agence régionale de san­té ou d’un expert indépen­dant. Pourquoi ? Sim­ple­ment pour “véri­fi­er que la local­i­sa­tion pro­jetée pour la réal­i­sa­tion de la piscine, compte-tenu de la qual­ité de l’air à cet endroit, est, pour les futurs util­isa­teurs, com­pat­i­ble avec les mod­i­fi­ca­tions phys­i­ologiques à l’effort lors des activ­ités sportives”.

©Rabot Dutilleul Con­struc­tion / Spie Batig­nolles / Aueur Weber Archi­tectes

Si faire du sport à cet endroit est plus nocif que béné­fique, ce serait quand même un comble. Autre point qui vaut une réserve à la piscine : son coût qui paraît un brin “exor­bi­tant”.

  • OK, et après ?

Tout ça est bien beau mais quid de la suite ? Car, en soi, l’avis du com­mis­saire enquê­teur n’est que con­sul­tatif et n’a aucune autorité sur les futures déci­sions liées au pro­jet.

Pour la mairie et la MEL, l’avis favor­able glob­al du rap­port est un bon point et la métro­pole doit de nou­veau stat­uer sur l’in­térêt général du pro­jet Saint-So le 5 avril prochain.

La mairie a quant à elle “pris acte” des réserves et recom­man­da­tions du rap­port et s’en­gage a con­tin­uer d’in­former les Lil­lois de l’a­vancée du pro­jet. Elle devrait égale­ment engager “une exper­tise indépen­dante pour mesur­er les effets sur la san­té des pra­tiques sportives dans la piscine olympique à Saint-Sauveur” qui selon la mairie “vien­dra, nous l’espérons, con­forter la place de cet équipement inédit dans son envi­ron­nement et lever la dernière réserve pour con­tin­uer le pro­jet”. Elle espère pou­voir démar­rer les pre­miers travaux du nou­veau quarti­er cet automne.