Bienvenue au Consulat, nouveau temple lillois du coliving

Dans Ch'est bieau, Lille, Un toit sur la tête
Scroll par là

C’é­tait un sacré pari : ache­ter une mai­son gigan­tesque, la reta­per de fond en comble pour la trans­for­mer en colo­ca­tion taille XXL. Et trou­ver des loca­taires, bien sûr. Lucie et Alexan­dra, les patronnes du lieu, ont ache­vé les deux pre­mières étapes. Elle se lancent dans la der­nière.

C’est une mai­son par­fai­te­ment dingue, au point qu’on se demande qui a bien pu bâtir une bâtisse aus­si grande. Au bout du bout de la rue Sol­fé­ri­no est niché le Consu­lat, qui n’at­tend plus que ses colo­ca­taires. Quatre niveaux, une hau­teur sous pla­fond tota­le­ment gue­din, de la lumière qui se déverse par les immenses fenêtres, des che­mi­nées par­tout, du desi­gn et du chi­né, douze chambres, dix salles de bain, douze pla­cards dans la cui­sine, trois fri­gos, une pompe à bière (avec un mini­mum par per­sonne com­pris dans le loyer), et de la déco à base de King-Kong vénère, de pan­thère noire et de sol­dat médié­val.

Tout ça, on le doit à Lucie et Alexan­dra, qui, avec leur socié­té My Name Is Ber­nard, ont eu envie de pro­po­ser quelque chose qu’elles-mêmes auraient vou­lu avoir. “C’est un endroit pour ceux qui sont fans de colo­ca­tion, et qui ont envie de vivre une expé­rience un peu dif­fé­rente, détaille Lucie. Clai­re­ment, pour ceux qui arrivent à Lille et qui ne connaissent per­sonne, c’est l’en­droit par­fait pour se faire dix potes d’un coup.

Un litre de bière compris dans le loyer

D’au­tant que dans le loyer sont com­pris tout un tas de ser­vices qu’on n’a pas vrai­ment dans un stu­dio meu­blé : pour 695 euros (mini­mum, cer­taines chambres sont plus chères), vous avez une chambre avec salle de bain, des codes Net­flix, vous ne vous occu­pez pas de la taxe d’ha­bi­ta­tion, ni du ménage dans les par­ties com­munes, ni de chan­ger les ampoules, vous pro­fi­tez d’une buan­de­rie, d’une salle télé avec PS4, et d’un litre de bière par mois. Et pour vous assis­ter, Lucie est là, à temps com­plet dans la mai­son.

Ce serait tout que ce serait déjà pas mal. Mais Lucie et Alexan­dra ont eu d’autres idées. “Tous les mois, on va pro­po­ser un talk avec un per­son­nage qui a vécu des trucs de fou, pré­cise Lucie. On veut aus­si faire des soi­rées dégus­ta­tions, et tous les deux mois, le ver­nis­sage d’un street artist.” Et ces soi­rées seront ouvertes à tout le monde, pas qu’aux colocs (mais sur réser­va­tion).

On peut déjà vous annon­cer les deux pro­chains évé­ne­ments : le 25 avril, l’ar­tiste Jigé expo­se­ra son tra­vail colo­ré et plein de vie. Et le 15 mai, le Consu­lat accueille­ra Eric Boi­tel, un type for­mi­dable : cham­pion d’art mar­tiaux, il a tra­ver­sé le Pôle Nord, a fait des expé­di­tions en Arc­tique et au Spitz­berg. Il a aus­si une for­ma­tion mili­taire, et il enseigne aujourd’­hui sa méthode pour res­ter zen et fort. Il racon­te­ra tout ça à qui veut. Comme on vous le disait, tout le monde peut venir gra­tui­te­ment dans la limite des places dis­po­nibles, sous réserve, donc, de réser­ver. Deux bonnes occa­sions d’al­ler décou­vrir ce lieu un peu hors norme.

Plus d’in­fos ? Envie de vivre là ? On vous com­prend. Un site inter­net, et une page Face­book.

Lire aus­si :
My Name Is Ber­nard, l’é­norme coloc’ pim­pée en cours d’a­mé­na­ge­ment à Sol­fé­ri­no