Bienvenue au Consulat, nouveau temple lillois du coliving

Dans Ch'est bieau, Lille, Un toit sur la tête
Scroll par là

C’était un sacré pari : acheter une maison gigantesque, la retaper de fond en comble pour la transformer en colocation taille XXL. Et trouver des locataires, bien sûr. Lucie et Alexandra, les patronnes du lieu, ont achevé les deux premières étapes. Elle se lancent dans la dernière.

C’est une maison parfaitement dingue, au point qu’on se demande qui a bien pu bâtir une bâtisse aussi grande. Au bout du bout de la rue Solférino est niché le Consulat, qui n’attend plus que ses colocataires. Quatre niveaux, une hauteur sous plafond totalement guedin, de la lumière qui se déverse par les immenses fenêtres, des cheminées partout, du design et du chiné, douze chambres, dix salles de bain, douze placards dans la cuisine, trois frigos, une pompe à bière (avec un minimum par personne compris dans le loyer), et de la déco à base de King-Kong vénère, de panthère noire et de soldat médiéval.

Tout ça, on le doit à Lucie et Alexandra, qui, avec leur société My Name Is Bernard, ont eu envie de proposer quelque chose qu’elles-mêmes auraient voulu avoir. “C’est un endroit pour ceux qui sont fans de colocation, et qui ont envie de vivre une expérience un peu différente, détaille Lucie. Clairement, pour ceux qui arrivent à Lille et qui ne connaissent personne, c’est l’endroit parfait pour se faire dix potes d’un coup.

Un litre de bière compris dans le loyer

D’autant que dans le loyer sont compris tout un tas de services qu’on n’a pas vraiment dans un studio meublé : pour 695 euros (minimum, certaines chambres sont plus chères), vous avez une chambre avec salle de bain, des codes Netflix, vous ne vous occupez pas de la taxe d’habitation, ni du ménage dans les parties communes, ni de changer les ampoules, vous profitez d’une buanderie, d’une salle télé avec PS4, et d’un litre de bière par mois. Et pour vous assister, Lucie est là, à temps complet dans la maison.

Ce serait tout que ce serait déjà pas mal. Mais Lucie et Alexandra ont eu d’autres idées. “Tous les mois, on va proposer un talk avec un personnage qui a vécu des trucs de fou, précise Lucie. On veut aussi faire des soirées dégustations, et tous les deux mois, le vernissage d’un street artist.” Et ces soirées seront ouvertes à tout le monde, pas qu’aux colocs (mais sur réservation).

On peut déjà vous annoncer les deux prochains événements : le 25 avril, l’artiste Jigé exposera son travail coloré et plein de vie. Et le 15 mai, le Consulat accueillera Eric Boitel, un type formidable : champion d’art martiaux, il a traversé le Pôle Nord, a fait des expéditions en Arctique et au Spitzberg. Il a aussi une formation militaire, et il enseigne aujourd’hui sa méthode pour rester zen et fort. Il racontera tout ça à qui veut. Comme on vous le disait, tout le monde peut venir gratuitement dans la limite des places disponibles, sous réserve, donc, de réserver. Deux bonnes occasions d’aller découvrir ce lieu un peu hors norme.

Plus d’infos ? Envie de vivre là ? On vous comprend. Un site internet, et une page Facebook.

Lire aussi :
My Name Is Bernard, l’énorme coloc’ pimpée en cours d’aménagement à Solférino