Vous cherchez à acheter votre premier appart’ ? Pensez à la Flandre

Dans Article Sponsorisé, Lille, Un toit sur la tête

Repro ©Edouard Denis

Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @EdouardDenis

On ne vous le dira jamais assez : la Flandre, c’est l’a­tout charme de Lille. Régu­liè­re­ment, on vous liste les grands avan­tages de ce coin. Et en fait, par­tir y vivre est une déci­sion qu’on ne peut que vous conseiller de prendre, si vous avez besoin d’air frais.

Entre Lille et Bailleul — la pre­mière ville que vous croi­se­rez sur votre che­min en Flandre -, il y a envi­ron vingt minutes de voi­ture. Pas plus, parce que l’au­to­route est vrai­ment juste à côté de cette ville à l’ar­chi­tec­ture toute fla­mande. A deux dizaines de minutes de Lille, vous vous retrou­vez donc en Flandre, dans une ville canon, avec la cam­pagne la plus buco­lique de la région tout autour, et même du relief, un peu, grâce aux monts.

Et quand on cherche à quit­ter le sys­tème de la loca­tion pour ache­ter son pre­mier appart’, on se retrouve vite très légè­re­ment refroi­di par les prix de l’im­mo­bi­lier lil­lois. En Flandre, les prix peuvent être plus doux, et s’ins­tal­ler à vingt minutes de Lille, ce n’est pas non plus s’ex­pa­trier à la cam­pagne. C’est être plus malin que les autres.

Vue sur le mont des Cats

Et figu­rez-vous qu’on a jus­te­ment dis­cu­té d’un pro­gramme qui va se lan­cer la semaine pro­chaine à Bailleul avec Sta­nis­las de Mon­tau­zan, le direc­teur régio­nal du pro­mo­teur Edouard Denis. “C’est un pro­gramme idéal pour les jeunes couples et les pri­mo-accé­dants”, affirme-t-il. On a ten­dance à le croire, puis que les appar­te­ments pré­vus feront entre 45 et 65 m², et que le prix d’a­chat n’est pas vrai­ment déli­rant. “Les pre­miers prix com­men­ce­ront à 150 000 ou 160 000 euros.” Pour ce prix là, à Lille, on trouve des stu­dios avec mez­za­nine. A Bailleul, on a un deux pièces avec bal­con, par­king et vue sur le mont des Cats.

Ache­ter sur plan, ce n’est peut être pas fait pour les impa­tients. Mais le prin­cipe a ses avan­tages : “On lance le chan­tier lors­qu’on a ven­du à peu près 50% des appar­te­ments, et on livre un an, un an et demi plus tard “, détaille Sta­nis­las. Ça vous laisse donc deux secondes pour vous pré­pa­rer men­ta­le­ment à votre pre­mier achat. “Pour de l’a­chat neuf, les frais de notaire sont bien moins impor­tants, autour de 2% au lieu de 6% pour de l’an­cien”, pour­suit Sta­nis­las. Et vous ache­tez un loge­ment neuf avec les der­nières inno­va­tions en terme de per­for­mance éner­gé­tique et d’i­so­la­tion.

La com­mer­cia­li­sa­tion de ce pro­gramme de presque 50 loge­ments sera lan­cée le 5 avril. Si vous vou­lez vous ren­car­der, vous pou­vez aller sur le site qui lui est consa­cré. Sinon, salle Peguy, à Bailleul, les 5 et 6 avril, entre 10 heures et 19 heures, l’é­quipe du pro­mo­teur orga­nise un genre de jour­nées portes ouvertes pour vous faire décou­vrir le pro­jet.

Info bonux : si vous ache­tez l’un de ces appar­te­ments avant le 15 avril, le pro­mo­teur vous offre 2 000 euros de bons d’a­chat Fnac et Dar­ty par pièce. Si vous pre­nez un T2, ce sera donc 4 000 euros, un T3, 6 000 euros.

Article spon­so­ri­sé @EdouardDenis