Cleytone, ou comment faire taire ceux qui prétendent que le rock est mort

Dans Lille, Music in my ears

@week&bro

Scroll par là

Une voix puissante et rauque, des grattes mélodieuses et dynamiques, une basse chaleureuse et rythmée puis enfin une batterie pleine de punch, soutenant le tout avec énergie. C’est un peu comme ça qu’on peut définir le groupe Cleytone. Alors dépoussiérez bien vos tympans et préparez vous à les faire vibrer.

La petite histoire commence il y a 10 ans, lorsque trois potes du coin, se réunissent pour former un groupe de rock. En 2013, alors qu’ils étaient jusque là sans chanteur, ils décident de faire un casting. C’est Thibaut, qui sans expérience préalable de chanteur, sera retenu. La formation (lilloise, précisons-le) est alors complète et devient dans un premier temps The Snooze, groupe de reprises majoritairement rock. L’année suivante, nos zikos se mettent à la compo petit à petit, et prennent alors le nom définitif de Cleytone.

Avec le temps, les compos prennent de plus en plus de place dans les sets live et, quelques années plus tard, le groupe gagne le concours de lancement d’un studio : Le Boss Hog. Ce qui leur permet d’enregistrer leur premier titre “Nothing Beats an Ace“, suivi d’un premier EP éponyme enregistré celui-ci en home-studio.

Outatime

Attention, on arrive en 2017 et maintenant ça devient sérieux : Cleytone lance en juin une campagne de crowdfunding et récolte 3500€. Ce financement leur permet d’enregistrer en octobre un album en résidence au Boss Hog pendant une semaine. Les pistes sont ensuite mixées par les soins de R3myBoy, qui a déjà œuvré pour Gojira ou encore Skip The Use. Le résultat sort officiellement en décembre 2018 : “Outatime“.


© Cleytone

L’album est un véritable hymne au rock, à la pop et au blues. Musicalement, le minimum qu’on puisse dire, c’est que ça envoie ! C’est explosif même, mais sans passer la frontière du hard-rock. Niveau influences, on placera Cleytone dans la lignée de Jet, Wolfmother, Audioslave ou encore les Red Hot Chili Peppers. A noter qu’au delà des instrus efficaces et entraînantes, le groupe prend également soin de ses paroles. Thibaut met un point d’honneur là dessus : “J’ai baigné durant mon enfance dans des chansons françaises avec des textes travaillés comme Brel, Brassens… Forcément, je tiens à faire pareil pour les chansons de Cleytone“.

Après la sortie

Tout comme ses morceaux, Cleytone bouge dans tous les sens. Le 15 mars, ils ont sorti leur premier clip pour le morceau “Kids in a jungle”, que vous pouvez admirer ci-dessous :

Une vidéo live devrait en plus sortir dans le courant du mois, et le groupe espère ardemment remonter sur scène pour les mois de mai et juin, puis de septembre à octobre.

Dernier point, mais qui n’est pas des moindres. Vous pourriez éventuellement retrouver Cleytone au Hellfest cette année, oui le Hellfest, rien que ça. Mais pour ça, il faudrait leur donner un p’tit coup de main : le groupe est inscrit au tremplin qui leur permettrait de fouler la scène du plus gros festival de métal français, et vous pouvez si vous le souhaitez aller voter pour eux en cliquant ici.

Histoire de vous motiver un peu, vous pouvez écouter Outatime sur toutes les plateformes en passant par ici, et/ou visiter la page Facebook du groupe.