Des box à vélos devraient fleurir à Lille d’ici l’été

Dans Lille, Mon P'tit Vélo

© Twitter / Lille France

Scroll par là

Avoir un vélo, c’est bien. Avoir un vélo et un endroit où le ranger, c’est encore mieux. D’où cette demande de garages à vélos venue de l’appel à projets pour le budget participatif. Un projet de box a été retenu et la mairie a annoncé jeudi dernier qu’une vingtaine d’entre elles pousseraient dans quelques mois pour un premier test.

Qui n’a jamais vu un deux-roues trôner fièrement dans le couloir de l’appart d’un pote ? Avoir un vélo à Lille, c’est plus que pratique. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est de le garer quelque part quand on ne roule pas avec. Les apparts ou colocs à Lille qui sont livrés avec “garage à vélos” en option se font encore trop rares.

Alors, assez logiquement, on a retrouvé l’idée d’installer des box et/ou des parkings à vélos dans la liste des projets proposés par les citoyens lors du budget participatif. L’idée a même été retenue et la mairie a dévoilé jeudi dernier, lors du conseil municipal, le visuel des fameuses boîtes à vélos qui vont venir s’installer en ville.

Attention à ne pas pédaler trop vite : cette solution est annoncée comme “expérimentale” pour l’instant. Ce qui signifie que la ville va y aller mollo et crescendo dans l’installation de ses box. 24 “boîtes à vélos”, chacune pouvant abriter cinq bécanes, serviront de test pour savoir si d’autres suivront. Les premières doivent être installées d’ici l’été selon La Voix du Nord.

Dans le pratico-pratique, les emplacements de ses box sont encore à déterminer avec les mairies de quartiers et celles de Lomme et Hellemmes. Mais on sait déjà qu’elles fleuriront sur des places de stationnement et qu’elles seront sécurisées. Car vous vous doutez qu’en plus d’avoir trouvé un toit, les vélos doivent aussi se sentir en sécurité dedans.

Chaque box sera donc dotée d’un verrou électronique que le cycliste pourra débloquer avec son smartphone une fois son abonnement mensuel payé en mairie. Le coût de l’abonnement a été fixé à 50€ par an.