La Bouquinerie du Sart va ouvrir une seconde librairie

Dans Ch'est bieau, Culturons-nous, Lille

© Bouquinerie du Sart

Scroll par là

D’i­ci cet été, la Bou­qui­ne­rie du Sart de Vil­le­neuve-d’Ascq aura un deuxième pied-à-terre métro­po­li­tain avec une nou­velle librai­rie à Roncq. C’est l’oc­ca­sion de vous (re)conter la belle his­toire de cette petite entre­prise qui trans­forme les livres et les vinyles dont on ne veut plus en emplois soli­daires.

En à peine quatre ans, la Bou­qui­ne­rie du Sart a su prou­ver qu’on pou­vait com­bi­ner com­merce, social et amour de la lec­ture. Une recette qui peut éton­ner mais qui fonc­tionne plus que bien à Vil­le­neuve-d’Ascq où la petite entre­prise sociale col­lecte aujourd’­hui 5 000 livres par jour. “On est deve­nu une belle usine de tri”, résume avec le sou­rire Domi­tille qui y tra­vaille. Elle qui a débu­té comme béné­vole ne s’en plaint pas, bien au contraire. “Parce que plus on trie, plus on vend, plus on peut embau­cher”.

Car l’ob­jec­tif ini­tial de la Bou­qui­ne­rie n’est pas d’être un simple lieu de désto­ckage de livres d’oc­ca­sion, mais de créer des emplois soli­daires. Autre­ment dit : aider les per­sonnes des centres d’hé­ber­ge­ment du sec­teur par le tra­vail. Une entre­prise-asso-école en somme, fon­dée en 2015 par Vian­ney et Marine qui cher­chaient à la base à créer de nou­velles places d’hé­ber­ge­ment.

Mais fina­le­ment, le pro­jet de bou­qui­ne­rie c’est encore plus concret, explique Domi­tille. On offre un contrat d’un an à une per­sonne qui vient d’un foyer. Avec ce 20h/semaine, elle peut démé­na­ger du centre et on va l’ai­der bien enten­du. Pen­dant six mois, on la laisse se remettre au tra­vail tout dou­ce­ment à la Bou­qui­ne­rie. Et puis on lui demande ce qu’elle aime­rait réel­le­ment faire dans la vie pour l’ai­der à réa­li­ser au mieux son pro­jet”.

Après un an à la Bou­qui­ne­rie, c’est le grand départ et un nou­vel employé soli­daire peut débar­quer pour l’an­née.

Aujourd’­hui, l’é­quipe compte 14 per­sonnes dont 7 en réin­ser­tion et conti­nue de gran­dir dou­ce­ment mais sûre­ment. Avec tou­jours le même rêve en tête : “avoir un entre­pôt dans chaque grande ville de France avec des librai­ries dis­sé­mi­nées un peu par­tout pour conti­nuer d’en­tre­te­nir l’ac­cès à la culture”. Pour l’ins­tant, l’é­quipe bosse sur sa seconde librai­rie de Roncq. Elle aura beau être dans la gale­rie com­mer­ciale d’Au­chan, “elle gar­de­ra le même esprit”, pro­met Domi­tille, “avec du mobi­lier en palettes, plein de bou­quins à par­tir de 2€” et du sou­rire en veux-tu en voi­là.

D’ailleurs, si vous aus­si le com­bo com­merce-social-lec­ture vous botte pas mal, sachez que la Bou­qui­ne­rie est sou­vent à la recherche de béné­voles mais aus­si de sta­giaires (sur de longues périodes) et d’é­tu­diants en quête d’un job de 16 ou 20 heures/semaine. Il suf­fit d’en­voyer un petit mail à contact@bouquineriedusart.com et Domi­tille se fera une joie de vous répondre.

© Bou­qui­ne­rie du Sart

Sinon, il y a aus­si plein de ser­vices très pra­tiques pour ceux qui aiment les bou­quins, les BD, les DVD ou encore les vinyles.

  • Go sur le site de la Bou­qui­ne­rie pour trou­ver son bon­heur en ligne et mettre une alerte sur des titres que vous recher­chez.
  • Un petit tour IRL au 7 bou­le­vard Albert à Vil­le­neuve d’Ascq (ouvert du lun­di au same­di).
  • Pour les dons, vous pou­vez aller dépo­ser les bou­quins que vous ne lisez plus dans l’une des 83 box de la Bou­qui­ne­rie dans le coin ou appe­ler direc­te­ment Eloi au (07 810 910 63) pour qu’il vienne cher­cher direc­te­ment vos vinyles, CD, BD DVD (pas de livres vous aurez com­pris) un brin plus fra­giles.