Le Seven, deuxième du nom, ouvre rue Solférino

Dans Article Sponsorisé, Lille, Night Night
Scroll par là

Article spon­so­ri­sé @Seven­Bar

Ça vous dit quelque chose, le Seven, hein ? Nor­mal. C’é­tait un club, qui a fer­mé il y a quelques années. Samuel Med­ja­ni, y tra­vaillait. Quand il a déci­dé d’ou­vrir son propre lieu à Sol­fé, il a deman­dé l’au­to­ri­sa­tion aux pro­prié­taires du Seven Club de réuti­li­ser le nom. Appa­rem­ment, ils ont accep­té.

Je ne vou­lais pas que le nom dis­pa­raisse du quar­tier”, explique Samuel, qui, pen­dant dix ans, a tra­vaillé au Seven Club. Cette semaine, il inau­gure son propre bar après avoir rou­lé sa bosse vingt ans durant aux Folie’s, et aux 400 Coups. Son Seven à lui, ce sera “un bar à ambiance”. Un lieu où on pour­ra tout aus­si bien aller prendre l’a­pé­ro à 19 heures que dan­ser plus tard dans la nuit sur le nou­veau plan­cher bien épais et bien résis­tant de ce qui était une sand­wi­che­rie.

Samuel a désor­mais son Seven.

Tout, à l’in­té­rieur, a été pen­sé pour que le bar change de mood au fur et à mesure que la nuit avance. “En début de soi­rée, on aura des lumières chaudes, pour l’a­pé­ro, et vers 23 heures, on le chan­ge­ra pour un éclai­rage plus bar de nuit, pour que les gens dansent.” Ima­gi­nez une ambiance “bar du Vieux-Lille” en début de soi­rée qui va évo­luer en ambiance “bar de nuit de Sol­fé” quand la nuit sera bien noire, mais encore longue.

Sinon, Samuel a pen­sé à vous pour la carte : “Il y aura une dizaine de bières à la pres­sion, et on fera aus­si des cock­tails. On a construit une bonne carte de whis­kys et de gins.” Quant à la déco ? Indus­trielle, bois et métal. “Du robuste. C’est un bar de nuit, les gens vont dan­ser par­tout.” Peu de tables, si ce n’est dans la mez­za­nine, sur­tout des tablettes où on s’ac­coude assis sur un tabou­ret haut. La confi­gu­ra­tion par­faite pour pas­ser une bonne nuit.

Le Seven bar en mode after­work.

L’i­nau­gu­ra­tion démarre donc ce ven­dre­di 12 avril. Pour le moment, Samuel n’a pas le droit de fer­mer à 3 heures du matin, même si ça ne devrait pas tar­der, espère-t-il. En atten­dant, les horaires sont les sui­vants : le bar ouvri­ra jus­qu’à minuit en semaine, 1 heure le ven­dre­di, et 2 heures le same­di. Ce qui vous laisse deux secondes tout de même.

Sinon, le Seven Bar habite au 124, rue Sol­fé­ri­no. Pile poil bien pla­cé. Vous pou­vez même réser­ver les lieux pour une soi­rée étu­diante ou un apé­ro. Il suf­fit de pas­ser un petit coup de fil au 06 70 03 66 12.

Article spon­so­ri­sé @Seven­Bar