Au Lokarria, ne jetez plus les pailles de vos cocktails : mangez-les

Dans Bière, C'est green, Night Night
Scroll par là

Avec la dis­pari­tion pro­gres­sive des pailles, dans le but de soulager un peu notre planète, il fal­lait bien trou­ver une solu­tion. Le Lokar­ria en a trou­vé une tout à fait gour­mande : depuis jan­vi­er, chez eux, les pailles se con­som­ment au même titre que les bois­sons. Et pour cause, elles sont faites en pâtes.

Quoi de mieux pour palier au plas­tique ? On ne pol­lue pas, la paille ne ramol­li pas (prends-en de la graine, paille en car­ton), et on ne jette rien. On se rem­pli même un peu le bide avant de repren­dre un verre. Ne reste plus qu’à se fournir régulière­ment en pâtes (“Chez Car­li­er, épicerie ital­i­enne”) et le tour est joué. Après tout, le Lokar­ria se revendique éco­lo depuis son ouver­ture il y a tout juste qua­tre ans.

Allez, on vous fait une petite genèse de tout ça. Tout com­mence avec Lucie et Marie, anci­en­nement mem­bres de l’as­so événe­men­tielle “Les Déci­bels du peu­ple”. Lorsque cette dernière arrête défini­tive­ment son activ­ité, les jeunes femmes déci­dent de se lancer dans petite aven­ture et ouvrent leur bar, rue des Postes à Lille.

De l’animation et de la diversité

Le Lokar­ria con­serve une part de son orig­ine asso­cia­tive. Les événe­ments y sont fréquents entre les con­certs, les expos, et les soirées queer ambiancées par des drag-queens. Les bar(wo)mens sont hyper cool et accueil­lants et font aus­si par­tie de la fête. En dehors de la scène, des quelques tables et du bar, un petit espace fait aus­si office de mini-salon pour ceux qui cherchent la tran­quil­lité. Il est meublé de son pro­pre super canap’, d’une petite bib­lio­thèque, de jeux de société, et… ‑roule­ments de tam­bour- d’une con­sole NES. De quoi con­venir à tout le monde et attir­er des gens par la même occa­sion très dif­férents. “On fait des soirées con­certs assez éclec­tiques, évo­lu­tives, mais en gar­dant une cer­taine cohérence. Ça nous per­met de réu­nir des com­mu­nautés très var­iées au cours d’une même soirée, ce qui est génial.” s’en­t­hou­si­as­ment Marie et Lucie.

Le mini-salon avec bib­lio­thèque et NES

Du bio et de l’éco-responsable, s’il vous plaît

A la carte, que du bon. Par­mi les bières, on retrou­ve des valeurs sûres mais aus­si quelques orig­i­nales, issues de micro-brasseries ou du bio. Par exem­ple, la Baby Lone, qui est une “bière durable” fab­riquée à 30% avec du pain inven­du. Rhums, whiskys, cidres et diges­tifs ne man­quent pas à l’ap­pel. Des vins naturels, bio et sans sul­fites élar­gis­sent peu à peu le choix des bois­sons. Les softs ne se privent pas des clas­siques, mais pos­sè­dent eux aus­si une gamme bio (vous l’aviez dev­iné, non ?). Les shoot­ers quant à eux sont à décou­vrir rien que pour leur nom. Pour le coup, on ne vous dit rien, on ne va pas vous gâch­er la sur­prise. Enfin, les déli­cieux cock­tails mai­son vien­nent combler la carte, servis avec les fameuses pailles-pâtes. Des cock­tails (tou­jours mai­son) et sans alcool fer­ont égale­ment prochaine­ment leur appari­tion.

Le “Sour Whisky”

Le Lokar­ria ne s’ar­rête pas là dans sa démarche : depuis un mois, il a com­plète­ment arrêté sa con­som­ma­tion de plas­tique. Il met désor­mais des éco-cups à dis­po­si­tion, fab­riqués de manière éco­lo. Sur la carte, la sélec­tion sera aus­si dans le futur encore plus poussée, pour con­tin­uer à ten­dre vers le local, le bio, et le sans gluten par exem­ple. Les planch­es de char­cu­ter­ies et fro­mages évolueront au fil des saisons et pro­poseront des pro­duits de qual­ité supérieure. Enfin, la carte renou­velle ses pro­duits fréquem­ment, de quoi exercer vos papilles avec tou­jours la même régu­lar­ité.

Vous trou­verez toute la pro­gram­ma­tion et l’u­nivers déluré du Lokar­ria sur sa page Face­book.