Mine de Rien : le cercle des poètes disparus, mais en moins triste à la fin

Dans Bière, Culturons-nous, Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Depuis quelques mois main­te­nant une rumeur cir­cule chez les com­mer­çants lil­lois que, chaque mer­cre­di, d’étranges per­sonnes se ras­semblent dans des bars pour y pra­ti­quer l’écriture en groupes. Comme les rumeurs, ça nous inté­resse, on est allé voir de quoi ça par­lait avec Han­nah et Alex, les deux esprits en charge du pro­jet.

On serait sur­pris de voir à quel point une acti­vi­té en com­mun peut ras­sem­bler des indi­vi­dus aux par­cours com­plè­te­ment dif­fé­rents. Mine de Rien c’est avant tout un groupe d’écriture dans une bonne ambiance avec des échanges entre les par­ti­ci­pants (gros avan­tage à la pos­si­bi­li­té de prendre une bière en écri­vant).

Pour bien com­prendre le pour­quoi du com­ment il faut un peu s’intéresser au par­cours des ini­tia­teurs du pro­jet : Han­nah est tra­duc­trice et inter­prète d’origine bri­tan­nique et Alex tra­vaille dans la Com’ avec sa propre boîte. Logi­que­ment ils ont tous les deux des emplois du temps de din­gos. Seule­ment, créer du temps pour soi et se ”for­cer” à écrire, c’est pas tou­jours simple et la moti­va­tion s’ef­frite.

‘’On écrit cha­cun dans notre coin depuis des années sur des pro­jets per­so.  En par­lant, on s’est ren­dus compte que, très sou­vent, nos soi­rées consa­crées à l’écriture étaient soli­taires et sou­vent annu­lées pour aller prendre un verre avec les copains. On a vou­lu com­bi­ner les deux en pro­po­sant aux gens un lieu, une heure et à par­tir de là, on impro­vise.’’

Si le lieu n’est pas clai­re­ment défi­ni (au Por­thos rue de la Mon­naie pour l’ins­tant), le dérou­lé des séances est lui très simple : entre 17 heures (ish) et 20 heures vous écri­vez abso­lu­ment ce que vous vou­lez, que ce soit un pro­jet per­son­nel pour remettre au goût du jour le roman gothique ou l’écriture d’une nou­velle pour vous entraî­ner. Vous êtes libres de tout faire et n’êtes pas obli­gés de par­ta­ger vos écrits à la fin si vous n’en avez pas envie. C’est bête mais ça enlève un poids à beau­coup de gens.

A par­tir de 20 heures la par­tie bonne fran­quette com­mence : si vous êtes per­sua­dés que vous écri­vez mieux avec une bière et une planche devant vous, on ne vous arrê­te­ra pas.

Tout ce petit monde se réunit tous les mer­cre­dis dans divers lieux selon les semaines (en ce moment c’est le Por­thos, rue de la Mon­naie) grâce aux réseaux sociaux et notam­ment les évé­ne­ments Mee­tup pour se tenir au cou­rant des séances à venir.