Murfy s’installe à Lille pour sauver votre électroménager en panne

Dans C'est green, Geek, Lille
Scroll par là

Murfy c’est une toute jeune start-up mon­tée par cinq potes qui se sont ren­con­trés dans les grandes écoles. Leur but ? Sauver votre gros élec­tromé­nag­er que vous n’ar­rivez pas à faire répar­er alors qu’il ne mérite pas (encore) de finir à la déchet­terie. Et ce sans y laiss­er un rein ou cra­quer votre PEL au pas­sage bien enten­du.

Qui n’a jamais enten­du sa mère ou son père pester con­tre la machine à laver ou le lave-vais­selle en mode “Mais c’est pas vrai, ça a à peine 3 ans ! Avant, ça durait plus de 10 ans ces engins-là.” Voilà, l’élec­tromé­nag­er, c’é­tait for­cé­ment mieux avant parce que main­tenant, tout le monde le sait : l’ob­so­les­cence pro­gram­mée est partout.

Mais c’est un peu plus com­pliqué que ça en réal­ité. “Si on jette aujour­d’hui plus de 23 mil­lions d’ap­pareils chaque année, ce n’est pas unique­ment parce que l’élec­tromé­nag­er est moins fiable : on le répare aus­si moins”, explique Guy, directeur général de Murfy qui est égale­ment l’un des cinq fon­da­teurs de la start-up. Et ils ont tous beau avoir moins de trente ans, ils s’y con­nais­sent en répa­ra­tion puisqu’ils ont bossé dans ingénierie et, surtout, dans la ges­tion des ser­vices après-vente de gros groupes qui vendent de l’élec­tromé­nag­er.

Cercle vicieux

C’est là qu’on s’est ren­du compte que ces enseignes ne réparaient essen­tielle­ment que lorsque l’élec­tromé­nag­er était encore sous garantie. Il faut aus­si que ce soit rentable aux yeux du con­som­ma­teur : si la répa­ra­tion lui coûte plus de 40% du prix d’achat, il va préfér­er aller directe­ment acheter du neuf”, explique Guy en s’ap­puyant sur des rap­ports de l’ADEME.

On ne va pas vous refaire un topo sur le développe­ment durable. Vous avez cer­taine­ment déjà com­pris que pour la planète (et acces­soire­ment votre porte-mon­naie), ce sys­tème n’est pas très vertueux.

Aujour­d’hui, si vous voulez répar­er votre lave-vais­selle chez vous alors qu’il n’est plus sous garantie, vous avez un choix d’op­tions ultra lim­ité : soit vous le faites vous-mêmes, soit vous faites appel à un indépen­dant. Sauf que les bons sont par­fois chers et surtout over­bookés”, détaille le jeune directeur.
Voilà com­ment Ben­jamin, Romain, Adrien, Jérémy et lui se sont retroussé les manch­es pour fonder Murfy (en réf’ à la Loi de Mur­phy) : une entre­prise de répa­ra­tion d’élec­tromé­nag­er mod­erne et dig­i­tale.

Auto-réparation ou forfait tout compris

Com­ment ça marche ? Il vous suf­fit d’aller sur le site de Murfy et de choisir entre deux for­mules :

  • l’au­to-répa­ra­tion grâce aux tutos gra­tu­its mis en ligne.
  • la for­mule unique à 75€ qui com­prend le déplace­ment et la main d’oeu­vre avec un répara­teur qui débar­que chez vous dans les 48 heures.
    • s’il y a des pièces à acheter elles sont à votre charge.
    • si votre élec­tromé­nag­er n’est finale­ment pas répara­ble, vous ne payez rien du tout.
    • toute répa­ra­tion made in Murfy est garantie 6 mois.

Voilà, on ne peut pas réelle­ment faire plus sim­ple en la matière. Et pour vous don­ner un petit ordre d’idée, lorsque Murfy a démar­ré en sep­tem­bre dernier en région parisi­enne, elle comp­tait 100 répa­ra­tions par mois. “Aujour­d’hui on est plus sur 1000 répa­ra­tions par mois, ce qui prou­ve qu’il y avait bien un besoin dans le ce domaine”, analyse Guy. Arrivée à Lille depuis mi-mars, Murfy est donc déjà tout a fait opéra­tionnel par chez nous.