La Flûte Enchantée sur grand écran aux quatre coins de la ville

Dans Article Sponsorisé, Lille, Music in my ears
Scroll par là

Arti­cle spon­sorisé @OpéraDeLille

Vous n’y con­nais­sez peut-être pas grand chose à l’opéra, en général. Mais vous con­nais­sez oblig­a­toire­ment un air ou deux de La Flûte Enchan­tée de Mozart. Actuelle­ment en représen­ta­tion à l’Opéra de Lille, il sera dif­fusé, en live, le 11 mai aux qua­tre coins de la ville.

Chaque année, l’Opéra de Lille monte un écran géant sur la place du théâtre, juste sur son per­ron, et dif­fuse, en live, l’opéra qui est en train de se jouer chez lui. L’an­née dernière, c’é­tait Nabuc­co, et ça avait glob­ale­ment super bien marché. Cette année, il a logique­ment été décidé de dif­fuser la belle inter­pré­ta­tion de La Flûte Enchan­tée de Roméo Castel­luc­ci. Un opéra telle­ment joué depuis 1791 que tout le monde le con­naît au moins un peu. C’est une œuvre cap­i­tale dans l’aven­ture humaine. Elle a mar­qué une époque, c’est un objet uni­versel capa­ble de percer notre corps et notre cœur”, con­firme le met­teur en scène et plas­ti­cien.

Mais voilà, il y a un prob­lème de taille. Le pre­mier acte, le met­teur en scène l’a imag­iné plongé dans un voile lai­teux. Tout, des acteurs au sol en pas­sant par les somptueux décors roco­co, y est blanc. Bon courage pour arriv­er à ren­dre ça cor­rect sur un grand écran dis­posé à l’ex­térieur, en plein jour. Déci­sion a été prise de dif­fuser cet opéra en intérieur. Dans la région, il sera vis­i­ble dans 22 lieux, dont qua­tre à Lille : la très belle salle des fêtes de Fives, le palais de la Bourse, la Mai­son Folie Wazemmes et le Tri­Postal. L’en­trée y sera gra­tu­ite, et vous pour­rez vous délecter de cet opéra mythique, très légère­ment revis­ité par Roméo Castel­luc­ci.

Vous appren­drez, si vous ne le savez pas déjà, que La Flûte Enchan­tée est com­posée de deux actes. Roméo Castel­luc­ci a décidé d’in­stau­r­er une rup­ture visuelle entre ces deux par­ties. “Le pre­mier acte, c’est la beauté, le kitch, la blancheur, le manque d’om­bres, et la danse… Pour le deux­ième acte, j’ai voulu le décor le plus moche pos­si­ble.” Oppos­er la fan­tasie à la réal­ité de la plus brute des manières, tout en sub­li­mant l’œu­vre de Mozart. Roméo Castel­luc­ci parvient même à en faire une inter­pré­ta­tion fémin­iste qui fait plaisir, en accor­dant à la Reine de la Nuit un rôle puis­sant et déter­mi­nant.

Le 11 mai, vous pour­rez donc vous installer con­fort­able­ment dans l’un des sièges d’un des qua­tre lieux de la ville et mater, en tout décon­trac­tion, cette œuvre majeure. Et bien enten­du, l’en­trée sera gra­tu­ite.

Ren­dez-vous donc le 11 mai à 18 heures au palais de la bourse, place du Théâtre, à la salle des fêtes de Fives, rue de Lan­noy, à la Mai­son Folie Wazemmes, rue des Sar­razins, et au Tri­postal, avenue Willy-Brandt. Pas besoin de réserv­er, vous vous pointez, et vous kif­fez votre opéra. On vous ren­voie vers le site de l’Opéra de Lille pour aller plus loin.

Arti­cle spon­sorisé @OpéraDeLille