Cash&Co déstocke tout mardi avant de muter en cantine de quartier

Dans Food Porn, Geek, Lille
Scroll par là

Après six ans dans le monde du rétro-gaming, le Cash&Co de la rue de Paris Pierre-Mau­roy va muter à la fin de l’é­té. Avant de fer­mer défi­ni­ti­ve­ment le rideau, une grande vente noc­turne est orga­ni­sée ce mar­di.

A prio­ri, dif­fi­cile de trou­ver un point com­mun entre Le Petit Souk, Cash&Co et Pause hor­mis le fait qu’ils squattent tous le début de la rue Pierre-Mau­roy. Ils sont en réa­li­té liés les uns aux autres puisque le gérant du pre­mier, Brice, est deve­nu pote avec Rémi, le patron du second. Et c’est à deux qu’ils ont ouvert Pause, un spot street-food heal­thy, vegan et gour­mand. (Le Petit Souk + Cash&Co = Pause pour résu­mer).

Bref, toute cette petite généa­lo­gie pour annon­cer que Rémi a déci­dé de fer­mer d’i­ci quelques jours sa bou­tique Cash&Co pour la trans­for­mer en can­tine de quar­tier, urbaine et dans le même esprit que Pause.

On aurait pu conti­nuer avec Cash&Co finan­ciè­re­ment par­lant, note Rémi qui l’a ouvert quand il avait 26 ans. Mais le retro-gaming n’est plus une niche désor­mais. Il s’est démo­cra­ti­sé, le métier a évo­lué et la pas­sion m’a un peu quit­té en même temps. Donc autant arrê­ter et se lan­cer avec Brice dans un nou­veau concept”.

Cantine urbaine et bar de quartier

Rémi a 33 ans aujourd’­hui et revient tout juste d’un voyage à L‑A et San Die­go avec des idées plein la tête. “On veut créer le petit frère de Pause. Le concept sera plus tour­né vers un esprit can­tine à la pari­sienne avec un chef qui tient la baraque, une cui­sine ouverte et une qua­ran­taine de cou­verts.

L’i­dée n’est donc pas de pous­ser les murs de Pause mais de le com­plé­ter sur l’offre “tout en redy­na­mi­sant le quar­tier en soi­rée”, détaille le co-gérant. “Pour le petit nou­veau, on veut ouvrir le soir en mode bar à vin avec un côté évé­ne­men­tiel par la suite. Rien de guin­dé mais du convi­vial pour don­ner une vie au quar­tier du centre une fois tout le monde ren­tré du taf”.

Il fau­dra attendre la fin de l’é­té pour connaître le nom du nou­veau spot et squat­ter sa ter­rasse sur une rue Pierre-Mau­roy qui aura ter­mi­né d’être refaite.

Et en atten­dant, si vous êtes un ama­teur de comics, figu­rines et de retro­ga­ming en géné­ral, Remi destocke tout Cash&Co demain à par­tir de 19h. Une vente noc­turne où tout sera ven­du à ‑50%. On vous laisse un lien Face­book hyper­lin­ké pour plus de détails.