Campus en transition, le collectif d’assos qui bosse pour une université zéro déchet

Dans C'est green, La Fac, Lille

©Campus en transition

Scroll par là

Depuis novembre, plu­sieurs asso­cia­tions étu­diantes se sont réunies en col­lec­tif avec un objec­tif bien pré­cis : faire entrer le cam­pus lil­lois en tran­si­tion. Un comi­té de pilo­tage est même né la semaine der­nière pour entrer dans le vif du sujet (et des déchets) dès la ren­trée.

La fusion a par­fois du bon. Celle de l’U­ni­ver­si­té de Lille a au moins eu l’a­van­tage de ren­for­cer le réseau asso­cia­tif des dif­fé­rents cam­pus. L’au­tomne der­nier, cinq d’entre elles, toutes impli­quées dans l’é­co­lo­gie se sont réunies pour être plus forte. Elles ont même été rejointes par deux assos de Science Po et de Cen­trale pour for­mer le col­lec­tif Cam­pus en tran­si­tion

Ces sept là conti­nuent de bos­ser dans leur domaine res­pec­tif (bio­di­ver­si­té, court-cir­cuit etc) mais ont désor­mais une seule et même voix pour par­ler tran­si­tion éco­lo­gique. Ils ont orga­ni­sé, par exemple, des “cafés de la tran­si­tion” où les étu­diants étaient invi­tés à repen­ser leur vie quo­ti­dienne post-pétrole à l’U­ni­ver­si­té. “En créant Cam­pus en tran­si­tion, on vou­lait prou­ver que l’u­nion fai­sait la force : on vou­lait avoir plus d’im­pact sur la sen­si­bi­li­sa­tion des étu­diants et plus de poids face aux ins­ti­tu­tions”, explique Aneth Hem­bert, étu­diante et co-fon­da­trice de l’as­so Coup d’Pousse à Cité Scien­ti­fique.

Art, recyclage et action

Elle a aus­si coor­don­né “Arts et déchets”, l’un des pre­miers gros pro­jets por­tés par le col­lec­tif ce prin­temps. L’ob­jec­tif ? “Sen­si­bi­li­ser par l’art au plas­tique à usage unique et les quan­ti­tés de déchets émises chaque jour sur les cam­pus”. L’ac­tion a même reçu le prix de l’en­ga­ge­ment caté­go­rie “audace”.

C’est l’U­ni­ver­si­té et le CROUS qui ont remis le prix. Et tant mieux car c’est avec eux qu’il faut agir pour entrer dans le concret de la lutte contre les déchets. “Cette ému­la­tion inter-asso­cia­tions, ça nous per­met de remon­ter les infos et les attentes des étu­diants sur les dif­fé­rents cam­pus”, détaille Fan­ny Van Heems, de la direc­tion déve­lop­pe­ment durable de l’U­ni­ver­si­té.

L’u­ni­ver­si­té a logi­que­ment rejoint le comi­té de pilo­tage, né mi-juin. On y retrouve Cam­pus en Tran­si­tion, bien évi­dem­ment, l’u­ni­ver­si­té, le CROUS, la MEL et Zéro Waste Lille. “Tous les acteurs sont réunis pour agir de manière concrète”, argue Aneth. Des négo­cia­tions sur les consignes dans les res­tau­rants uni­ver­si­taires ou encore sur un kit zéro déchet pour les étu­diants sont déjà en cours. “Mais on va déjà agir cet été sur plu­sieurs points”, annonce Fan­ny Van Heems. L’U­ni­ver­si­té compte pro­fi­ter des vacances pour ren­for­cer son réseau de fon­taines à eau sans gobe­let et pour bos­ser sur ses dis­tri­bu­teurs de bois­sons chaudes : en pro­po­sant des réducs aux étu­diants qui auraient leur propre conte­nant. Bye bye les gobe­lets à usage unique.

Quant aux sept assos de Cam­pus en tran­si­tion, elles sont tou­jours à la recherche de nou­veaux membres et vous pou­vez déjà aller leur faire cou­cou sur leur page Face­book cet été pour vous enga­ger à la ren­trée.