Campus en transition, le collectif d’assos qui bosse pour une université zéro déchet

Dans C'est green, La Fac, Lille

©Campus en transition

Scroll par là

Depuis novembre, plusieurs associations étudiantes se sont réunies en collectif avec un objectif bien précis : faire entrer le campus lillois en transition. Un comité de pilotage est même né la semaine dernière pour entrer dans le vif du sujet (et des déchets) dès la rentrée.

La fusion a parfois du bon. Celle de l’Université de Lille a au moins eu l’avantage de renforcer le réseau associatif des différents campus. L’automne dernier, cinq d’entre elles, toutes impliquées dans l’écologie se sont réunies pour être plus forte. Elles ont même été rejointes par deux assos de Science Po et de Centrale pour former le collectif Campus en transition

Ces sept là continuent de bosser dans leur domaine respectif (biodiversité, court-circuit etc) mais ont désormais une seule et même voix pour parler transition écologique. Ils ont organisé, par exemple, des “cafés de la transition” où les étudiants étaient invités à repenser leur vie quotidienne post-pétrole à l’Université. “En créant Campus en transition, on voulait prouver que l’union faisait la force : on voulait avoir plus d’impact sur la sensibilisation des étudiants et plus de poids face aux institutions”, explique Aneth Hembert, étudiante et co-fondatrice de l’asso Coup d’Pousse à Cité Scientifique.

Art, recyclage et action

Elle a aussi coordonné “Arts et déchets”, l’un des premiers gros projets portés par le collectif ce printemps. L’objectif ? “Sensibiliser par l’art au plastique à usage unique et les quantités de déchets émises chaque jour sur les campus“. L’action a même reçu le prix de l’engagement catégorie “audace”.

C’est l’Université et le CROUS qui ont remis le prix. Et tant mieux car c’est avec eux qu’il faut agir pour entrer dans le concret de la lutte contre les déchets. “Cette émulation inter-associations, ça nous permet de remonter les infos et les attentes des étudiants sur les différents campus“, détaille Fanny Van Heems, de la direction développement durable de l’Université.

L’université a logiquement rejoint le comité de pilotage, né mi-juin. On y retrouve Campus en Transition, bien évidemment, l’université, le CROUS, la MEL et Zéro Waste Lille. “Tous les acteurs sont réunis pour agir de manière concrète“, argue Aneth. Des négociations sur les consignes dans les restaurants universitaires ou encore sur un kit zéro déchet pour les étudiants sont déjà en cours. “Mais on va déjà agir cet été sur plusieurs points“, annonce Fanny Van Heems. L’Université compte profiter des vacances pour renforcer son réseau de fontaines à eau sans gobelet et pour bosser sur ses distributeurs de boissons chaudes : en proposant des réducs aux étudiants qui auraient leur propre contenant. Bye bye les gobelets à usage unique.

Quant aux sept assos de Campus en transition, elles sont toujours à la recherche de nouveaux membres et vous pouvez déjà aller leur faire coucou sur leur page Facebook cet été pour vous engager à la rentrée.