Toujours pas de taf pour l’été ? Il y a encore moyen d’en trouver un dans le coin

Dans Lille, WorkWorkWork
Scroll par là

Bon, on est offi­cielle­ment en été et pour beau­coup d’é­tu­di­ants, c’est la sai­son où on ren­floue les caiss­es pour l’an­née à coup de jobs saison­niers. Si vous avez loupé le coche, il reste encore des pistes pour boss­er dans la région. Si, si, si, si.

L’adage est bien con­nu : l’é­tu­di­ant ayant fes­toyé révisé toute l’an­née, se trou­va fort dépourvu en job quand l’été fût venu. Pro­cras­ti­na­tion, malchance ou juste oubli. Peu importe la rai­son pour laque­lle vous pleurez sur vos derniers cen­times à l’aube de l’été alors que vos potes ont tous dégoté un bon petit job pour se bar­rer en vacances ensuite.

Séchez vos larmes, tout n’est peut-être pas per­du… Vous pou­vez tou­jours aller ten­ter votre chance au Pôle emploi ou dans les boîtes d’in­térim. Ou même, si vous avez votre BAFA, dans les cen­tres de loisirs ou les colos qui ont soudaine­ment été lâchés par un ani­ma­teur. Mais il y a depuis peu une nou­velle option qui s’of­fre à vous : Stu­dent Pop.

Plan B de l’été

C’est à la fois une plate­forme et une appli, toute deux des­tinées juste­ment aux étu­di­ants en mal de jobs saison­niers. Cette start-up lancée et basée à Paris depuis 2016 recense des mil­liers de mis­sions cour­tes dans 35 villes de France. Lille et le reste de la région en font par­tie bien enten­du.

Et avec l’ar­rivée de l’été, leurs stocks ne sont pas encore vides : 83 jobs pour 129 étu­di­ants dans la région (coucou la côte d’Opale) et 41 rien que dans la métro­pole lil­loise à l’heure où on écrit ces lignes. “Ça va de l’an­i­ma­tion à l’événe­men­tiel en pas­sant par la vente ou l’en­quête dans un musée”, explique la start-up.

Dif­fi­cile d’en savoir plus sur les fameuses mis­sions. Mais de toute façon ce n’est pas vous qui cherchez : c’est l’ap­pli­ca­tion qui choisit de vous les envoy­er. On vous explique.

Mode d’emploi

Pour ren­tr­er dans com­mu­nauté de Stu­dent Pop il faut avant tout être étu­di­ant et… créer un statut d’au­to-entre­pre­neur. D’après la start-up, pas d’ar­naque là-dessous, “pour ce genre de mis­sions, ça per­met d’être mieux payé car on est sur une rémunéra­tion en moyenne 30% supérieure à celle du SMIC et payée dans les cinq jours qui suiv­ent la mis­sion”, explique Stu­dent Pop.

En tout cas, c’est unique­ment sous ce statut que vous pour­rez espér­er chop­er un job ou une mis­sion cet été (et pourquoi pas après). Une fois inscrit en ligne, vous allez pass­er un entre­tien par Skype avec un mem­bre de l’équipe de Stu­dent Pop. Le but est de con­naître vos com­pé­tences, vos dis­pos et les jobs qui pour­raient vous bot­ter pour l’été.

Et ensuite ? Vous atten­dez que Stu­dent Pop vous envoie directe­ment des mis­sions. A vous ensuite de les accepter ou pas. Mais qui ne tente rien n’a rien.

L’ap­pli­ca­tion est à télécharg­er ici pour IOS et là pour Androïd