Tram, RER métropolitain, liaisons express : les nouveaux projets transports de la MEL

Dans Braderie de Lille, Lille, Politique, Transport
Scroll par là

Ven­dre­di soir, le conseil métro­po­li­tain a voté son SDIT, son Sché­ma Direc­teur des Infra­struc­tures de Trans­ports. Il annonce les ambi­tions de la Métro­pole Euro­péenne de Lille pour les quinze pro­chaines années.

L’ob­jec­tif du nou­veau SDIT est clair : amé­lio­rer le réseau des trans­ports col­lec­tifs pour le rendre assez attrayant pour que les métro­po­li­tains laissent Titine au garage. Com­ment ? Avec 27 nou­velles lignes pro­po­sées à la créa­tion à plus ou moins long terme.

Tram first

Ce n’est pas une mais bien cinq lignes de tram qui doivent voir le jour :

  • La plus longue (et ambi­tieuse) relie­rait Wam­bre­chies à Seclin. Elle tra­ver­se­rait Mar­quette-Lez-Lille, Saint André et, une fois pas­sée la Deûle, la ligne se dédou­ble­rait dans Lille.
    • l’une contour­ne­rait Lille par l’ouest jusque Seclin en pas­sant par la Cita­delle, Vau­ban, Eur­aTech, le bou­le­vard des postes…
    • l’autre ter­mi­ne­rait vrai­sem­bla­ble­ment du côté d’Eu­ra­lille via le bou­le­vard Car­not.
  • Côté ouest tou­jours, une ligne Lille /Loos/­Hal­lennes-lez-Hau­bour­din pour désen­gor­ger cet axe ultra fré­quen­té par la voi­ture.
  • Rou­baix et Tour­coing ne seront pas mises de côté dans ce SDIT. Une pre­mière ligne relie­ra Hem jusque Rou­baix, une autre Rou­baix à Tour­coing et enfin une der­nière tra­ver­se­ra Rou­baix pour rejoindre Her­seaux à la fron­tière belge.

Les études doivent être lan­cées dès octobre 2019 pour les cinq lignes. “On mise sur 3 à 4 ans d’é­tudes avant le pre­mier coup de pelle”, pré­cise Daniel Jans­sens, vice-pré­sident en charge des trans­ports publics. Si tout se passe bien, on devrait pou­voir mettre le pied dans un nou­veau tram “entre 2025–2027″ a annon­cé le vice-pré­sident.

La ligne de tram jus­qu’à l’aé­ro­port ? Oubliez la, le pro­jet a défi­ni­ti­ve­ment pris l’eau.

Lianes optimisées et liaisons express

Le but de ce SDIT concer­nant le réseau de bus est d’op­ti­mi­ser au maxi­mum ce qui pré-existe. C’est à dire ren­for­cer la fré­quence de cer­taines lianes tout en créant des “liai­sons express” entre les dif­fé­rents pôles urbains de la métro­pole. Ça concer­ne­ra par exemple la liane qui va jus­qu’à l’aé­ro­port de Les­quin ou celles qui cein­turent Lille.

RER métropolitain

Alors là c’est ambi­tieux mais encore un peu nébu­leux : la MEL sou­haite davan­tage inté­grer et connec­ter le TER à son propre réseau de trans­ports en com­mun. Et donc créer de nou­velles liai­sons fer­ro­viaires. Sauf que la com­pé­tence TER, ce n’est pas la MEL mais la Région qui la détient. Il fau­dra donc attendre que la Région engage ses propres études avant de lan­cer ce chan­tier.

Et le téléphérique ?

On n’al­lait cer­tai­ne­ment pas oublier ce fameux pro­jet de télé­phé­rique entre Saint-So et Fives-Cail lan­cé par le groupe de la maire de Lille. Il est bien pré­sent dans ce SDIT. Sous le nom de mode de trans­port inno­vant (par câble par exemple). Alors même si, per­so, on se voit déjà tra­ver­ser le périph’ pour rejoindre nos potes Fivois, il va fal­loir se mon­trer plus que patient.

Car le pro­jet est clas­sé dans les “pro­jets à long terme” de la MEL. Ce qui veut dire que les études vont être lan­cées dans quelques années mais que sa réa­li­sa­tion (si elle est actée par les études de fai­sa­bi­li­té) ne démar­re­rait pas avant…2030. Même timing pour la poten­tielle pro­lon­ga­tion de la ligne 1 du métro dans Eur­asan­té.

Gratuité et vélo

La gra­tui­té des trans­ports en com­mun ou encore le ren­for­ce­ment des modes doux comme le vélo ne figurent pas dans le SDIT voté ven­dre­di soir. Mais le pré­sident de la MEL, Damien Cas­te­lain, a évo­qué les deux sujets comme le rap­porte La Voix du Nord.

Tout le monde sait que le pré­sident ne croit pas for­cé­ment à la gra­tui­té des trans­ports en com­mun dans la MEL. Mais il a annon­cé qu’une étude serait menée sur le sujet. En paral­lèle, il a éga­le­ment annon­cé sa volon­té de dou­bler le bud­get annuel du déve­lop­pe­ment vélo.